Gazette de Liége

Lancée il y a une semaine par le collectif Liège 2015, la campagne en vue de la consultation populaire du 22 février prochain et relative à la candidature de Liège en tant que capitale culturelle européenne a atteint son rythme de croisière. Désertant pour un temps son local de campagne situé sur l’espace Tivoli, c’est dans les locaux de l’école supérieure d’architecture de Saint-Luc que le collectif citoyen a tenu à faire le point sur l’état d’avancement de "sa" campagne.

"Nous sommes ici à l’invitation des étudiants en graphisme de Saint-Luc qui ont travaillé sur un projet d’affiches en vue de la consultation", lance d’emblée Gérard Fourré, membre du collectif. Parmi les affiches réalisées par les étudiants et exposées pour l’instant à Saint-Luc, on peut en trouver des comiques, voire même plutôt ironiques, comme celle appelant à voter oui deux fois plutôt qu’une ou encore celle illustrant le grand "toré" liégeois portant sur son dos le petit "doudou" montois affublé d’un noeud-papillon rouge Interrogée sur son engagement aux côtés du collectif, Priscilla Haendne, 20 ans, explique : "Je me suis sentie concernée de suite par ce grand projet culturel. Et avec d’autres, j’ai voulu y apporter une touche artistique".

Outre la présentation de cette nouvelle campagne d’affichage, le collectif Liège 2015, qui bénéficie du soutien de personnalités comme Luc Toussaint ou Fernand Flausch entre autres, a tenu à clarifier certaines choses le concernant. "Personne d’autre que les gens qui le composent ne se cache derrière le collectif initié par une dynamique spontanée", souligne Gérard Fourré. Le collectif en a aussi profité pour appeler une fois de plus les citoyens liégeois en âge de voter à se mobiliser lors de cette consultation qui consiste selon lui en un "moment historique" et qui représente une "chance unique pour les citoyens de faire primer leur volonté sur celle du politique".

Par la voix de son fondateur, Alain De Clerck, le collectif citoyen s’est ensuite interrogé sur la position de la Ville, épinglant la "volonté négative" de celle-ci de porter haut la consultation et émettant au passage toute une série de griefs envers elle. Outre ce qu’il appelle l’"objectivité pessimiste" de la convocation envoyée aux Liégeois, Alain De Clerck a aussi donné d’autres illustrations comme les refus opposés par le collège communal d’autoriser l’usage par le collectif des panneaux électoraux ou de distribuer des tracts dans les commerces liégeois. Et celui-ci de tordre une fois de plus le cou à la cherté supposée de ce projet au financement essentiellement extérieur à la Ville.

Le bourgmestre Willy Demeyer (PS), quant à lui, se refuse à polémiquer sur cette question jugée éminemment politique. "On a adopté une attitude certes légaliste mais aussi démocratique. Nous mettons tout en oeuvre d’une part pour que la consultation se passe bien, et d’autre part pour boucler un dossier de candidature qui tienne la route. En outre, la Ville est tenue d’observer une certaine neutralité par rapport à cette consultation. Nous n’appelons donc pas à aller voter car ne pas voter est aussi démocratique que l’inverse".