Gazette de Liége Situé à la fin de l’E 313, il sera opérationnel en septembre et sera en lien direct avec le Tec.

Voilà des (dizaines) d’années que l’on parle de ce genre d’infrastructure comme solution pour désengorger certaines entrées de Liège : les parkings-relais, soit de vastes parkings situés en entrée de ville qui permettraient d’absorber une partie du trafic automobile en redirigeant les conducteurs vers des transports en commun efficaces. Mais comme sœur Anne, les Liégeois ne voyaient rien venir…

Enfin peut-on dès lors dire aujourd’hui, un véritable parking-relais devrait être opérationnel et ce, dès la rentrée de septembre 2018. En l’occurrence, il s’agit de ce Park & Ride situé à Vottem. Les travaux ont débuté l’an dernier à l’aboutissement de l’E 313, entre Sainte-Walburge et Vottem et le chantier arrive à son terme.

Plus de 300 places de parking

Ici, plus de 300 places de parking seront disponibles. Tout vient donc à point à qui sait attendre.

Le ministre des Travaux publics l’a en effet confirmé voici quelques jours : les aménagements au niveau du carrefour formé par la N655 et les boulevards Fosse-Crahay et Jean de Wilde sont en cours d’exécution depuis le 13 février 2017 pour une durée de 230 jours ouvrables. "Le rond-point en sortie de l’autoroute E313 sera opérationnel en juin 2018 et le nouveau parking pourra être mis en service en septembre."

Une liaison avec le Tec

Se garer sur le site… et après ? C’est là que le parking dit "relais" prend tout son sens puisque le site sera desservi par deux lignes d’autobus. Il s’agit de la ligne 71 "dont l’itinéraire sera modifié pour desservir le Park & Ride au plus près et dont l’horaire sera adapté pour répondre aux besoins du Park & Ride", a précisé Carlo Di Antonio.

La ligne 24 desservira aussi le parking, une partie des voyages sera prolongée de Vottem au nouveau Park & Ride. Et d’indiquer qu’en termes de mobilité et de signalisation, "tous les dispositifs mis en place sont validés par un comité d’accompagnement intégrant les services du gouverneur de la Province, les zones de police autoroutière de Liège et Herstal, et le service de mobilité de Herstal".

Le début d’une longue série ? C’est du moins l’intention affichée.