Gazette de Liége Politique Des membres de Waremme Alternative dénoncent des menaces et des intimidations.

Fin mai dernier, Waremme Alternative, du nom de cette liste 100 % citoyenne et indépendante en vue du prochain scrutin communal, sortait du bois. À la base de cette initiative, laquelle a déjà fait beaucoup parler d’elle dans la capitale de la Hesbaye, on retrouve Yves Berger. Ce dernier est l’ancien commandant des pompiers et il a annoncé d’emblée la couleur en critiquant ouvertement la majorité absolue socialiste en place.

Aux côtés d’Yves Berger, figure également une autre figure waremmienne connue en la personne de Nadine Hennion-Debailleul qui est l’ancienne directrice du collège Saint-Louis. Ainsi qu’expliqué il y a peu par le duo de tête de la nouvelle liste toujours en cours de confection, il s’agit en l’espèce de renouveler la vie politique locale.

Laquelle est donc marquée par une omniprésence du parti majoritaire, à savoir le PS, que Waremme Alternative entend donc bousculer. À un point tel visiblement que la liste, qui s’apprête à être dévoilée et au sein de laquelle on retrouvera pour l’essentiel des candidats peu connus, dérange.

La tension déjà palpable depuis un certain temps, politiquement parlant, dans la ville hesbignonne a visiblement franchi un palier supplémentaire. Ainsi donc, si l’on en croit le communiqué diffusé ce week-end, des membres de la liste ont fait l’objet récemment d’actions d’intimidation. Et ce dernier d’évoquer des propos malveillants, des actions de dénigrement et même une démarche directe et personnelle d’intimidation.

Retrait forcé

C’est d’ailleurs cette dernière qui a incité Waremme Alternative à réagir. Contactée par nos soins et dénonçant "un climat délétère" et "une situation malsaine", Nadine Hennion-Debailleul entend protéger les futurs candidats.

Elle refuse donc d’en dire davantage sur la personne qui a été concernée par des menaces verbales répétées, lesquelles auraient concerné l’emploi de son compagnon. "On a forcé un membre de la liste à se retirer, affirme la membre de Waremme Alternative. Cela traduit une manière de faire inadmissible". Et d’en appeler à la fin de ces pratiques condamnables et à une campagne davantage sereine

Bruno Boutsen