Gazette de Liége

Il y a quelque temps, un regroupement des infrastructures universitaires liégeoises sur le campus du Sart-Tilman était dans l’air. En ce début de semaine, le recteur de l’Université de Liège (ULg), Bernard Rentier, a dévoilé un tout autre projet, à savoir celui d’installer de nouveaux auditoires de cours dans l’ancien complexe cinématographique Opéra, en plein centre de la Cité ardente.

Financement des bâtiments!

Cette idée est mue notamment par le constat que les auditoires manquent en raison du nombre croissant d’étudiants, mais aussi par une raison d’ordre financier. "Nous avons un programme de construction d’auditoires mais pas d’argent pour le mettre en œuvre, fait ainsi remarquer Bernard Rentier. Il y a clairement un problème global de financement des universités en ce qui concerne leurs bâtiments ". Pour le recteur, cette solution de transformer les salles de l’ancien cinéma Opéra, qui a fermé ses portes depuis des années, en auditoires est budgétairement intéressante.

Outre cet aspect, ce projet s’inscrit aussi dans une volonté de l’université de réinvestir le centre, une idée chère à la Ville de Liège et à son bourgmestre Willy Demeyer, membre du Conseil d’administration de l’ULg. "On souhaite vraiment intégrer l’université au centre-ville actif, souligne Bernard Rentier. Il y a là une opportunité d’y développer notre offre étudiante via différents projets". Et le recteur liégeois de citer pêle-mêle l’organisation de cours du soir pour le troisième âge ou encore le développement du ciné-club qui existe actuellement dans les bâtiments de la place du XX août.

Pour la Fédération des étudiants de l’ULg (Fédé), la volonté de l’ULg est positive mais son président Romain Gaudron tient à y apporter deux nuances. "Il faut tout d’abord éviter un ballottement des étudiants entre le centre-ville et le Sart-Tilman. Un plan de mobilité est nécessaire ainsi qu’une adaptation des horaires, ce qui sera sans doute difficile". Et le président de la Fédé de poursuivre: "Réinvestir le centre-ville, c’est une bonne chose, mais ce n’est pas une raison pour oublier le campus du Sart-Tilman, qui ressemble de plus en plus à un campus "mort"". Bernard Rentier entend ses remarques et assure que "la mobilité est un aspect crucial selon nous et on va faire en sorte d’avoir un réseau de transport performant entre le centre et le Sart-Tilman". Au sujet de ce dernier, le recteur évoque "des plans de développement mais pas de construction de type "mammouth"".