Gazette de Liége Les sordides rues de l’Agneau et du Champion à Liège intéressent des promoteurs.

Cela fait des années que les rues de l’Agneau et du Champion, situées en plein cœur du quartier Cathédrale-Nord à Liège et qui abritaient jusqu’en 2009 des salons de prostitution, sont dans un état pitoyable. Les immeubles de ces deux ruelles parallèles qui font la jonction entre la rue Cathédrale et le quai Sur-Meuse tombent en ruines, au point que l’on doit régulièrement interdire l’accès par des barrières nadar, pour des raisons de sécurité. Plusieurs maisons vidées de leurs habitants sont squattées par des toxicomanes et des SDF.

Un riverain a interpellé par courrier la police, la Ville et les pompiers. Il décrit les points de passage qu’empruntent les squatteurs pour pénétrer dans les immeubles : en escaladant des façades, une barrière, un balcon ou en se glissant par de petits espaces libres sous des planches posées pour tenter de condamner les portes d’entrée.

Un jeu du chat et de la souris

Gaëtan Colson, le commissaire de "Wallonie" Liège centre, confirme. "Comme pour tout îlot d’immeubles abandonnés, des personnes y trouvent un refuge, ici de courte durée. Les policiers effectuent des passages quasi quotidiens mais c’est le jeu du chat et de la souris avec les squatteurs. On les interpelle et on les fait partir. Ces personnes sont plutôt coopérantes. On les oriente vers les services sociaux mais certaines ne sont pas preneuses, dit-il. Malgré l’obturation des accès, les squatteurs trouvent des failles. Si on en constate, on les rebouche avec de grosses planches. On ne peut en effet pas murer les immeubles car il faut permettre aux pompiers d’intervenir si besoin", explique le commissaire.

Les propriétaires ont été contactés maintes fois pour prendre des mesures de sécurisation de leurs immeubles. "Il y a eu des amendes, des PV dressés et même des confiscations", indique Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège (PS). Il souligne que, dès son entrée en fonction en 1999, il avait pris des mesures de sécurité. "Mais les pouvoirs publics ont leurs limites. On ne peut pas tout faire à la place du privé", déclare-t-il.

L’intérêt de promoteurs privés

Alors, le salut des rues de l’Agneau et du Champion devrait venir de promoteurs privés. "L’agence immobilière Stoler Immo coordonne un projet émanant de deux sociétés, une bruxelloise et une néerlandaise. Elles sont intéressées par une reprise des numéros 3, 17 et 23 de la rue de l’Agneau pour en faire des logements et des bureaux. Des architectes sont au travail jusqu’au 25 avril. Après cette date, nous serons intraitables avec les propriétaires qui devront prendre toutes les mesures d’obturation des accès, sous peine de poursuites", annonce Willy Demeyer.

Le bourgmestre croit fermement à la reconquête du quartier Cathédrale-Nord "par un retour des habitants dans le centre-ville. C’est un quartier d’avenir; il évolue." Mais il faudra sans doute des mois ou des années avant que ces rues délabrées retrouvent une seconde vie par des projets de rénovation.