Gazette de Liége Mais le bon vivre a un prix. Trop élevé aux yeux de l’opposition. UP !, PS ET ECOLO

La commune ne se limite pas à Beaufays et Embourg. La vallée est en voie de paupérisation galopante". C’est un habitant de Chaudfontaine, David Garcia Gonzalez, qui formule ce diagnostic sévère. Et pourtant, malgré ses disparités internes, la cité thermale a de quoi mériter son image de commune où il fait bon vivre. Revers de la médaille : il faut y mettre le prix. Selon le dernier rapport des notaires sur l’évolution du marché immobilier en province de Liège, c’est ici que le prix moyen pour une maison est le plus élevé. "Il faut sortir des clichés et de l’idée de la moyenne, répond le bourgmestre en titre Daniel Bacquelaine, par ailleurs ministre fédéral des Pensions, à la tête d’une majorité absolue MR-IC (17 sièges sur 27). Il y a des quartiers comme Mehagne où des maisons sont très accessibles". Et d’ajouter qu’"on a réalisé de très nombreux investissements à Vaux-sous-Chèvremont ces dernières années". Quant à la décroissance de la population (21 052 habitants en décembre 2012, 20 885 au 1er janvier 2017), caractéristique partagée avec la seule seule Esneux dans l’arrondissement liégeois, le mayeur y voit plutôt une stabilité : "Je revendique cela. Il faut éviter l’hyper-densification".

Sur les bancs de l’opposition, on n’hésite cependant pas à parler d’une véritable crise du logement : "Des gens qui ont leurs racines à Chaudfontaine doivent quitter la commune pour des raisons pécuniaires, déplore Axel Noël (PS, 5 sièges). Les prix deviennent impossibles, même pour un ménage à deux revenus". Même constat chez Lionel Thelen (Ecolo, 2 sièges) qui préconise, face au vieillissement de la population, le développement de l’habitat kangourou : "Des jeunes ménages se mettent avec des personnes âgées qui sont seules ou à deux dans une maison. Les âgés vivent au rez-de-chaussée et les jeunes à l’étage, par exemple". Le CDH (3 sièges) souligne quant à lui la nécessité d’un climat d’accueil et de confiance : "On doit prendre des mesures qui permettent aux jeunes de s’installer et de rester", plaide Benoît Laloux.

"Je ne veux pas de tourisme de masse !"

Sur l’attractivité touristique de Chaudfontaine, qui profitera dès la rentrée prochaine de la réouverture de la gare (à 12 minutes des Guillemins), on n’est pas loin du consensus, avec des nuances. Le château des Thermes, le parc de Hauster, Source O’Rama en relfting… : que demander de plus ? "Il y a encore une bonne marge de manœuvre", juge néanmoins Lionel Thelen. "J’ai toujours été un défenseur de Source O Rama, rappelle Axel Noël. L’idée était remarquable et brillante, mais il a manqué des capitaux extérieurs en concessionnarisation, comme nous l’avons très bien fait pour le château des Thermes".

Il s’en faut certes de beaucoup que "Li voyèdjhe di Tchafontaine", pour citer un opéra célèbre, fasse autant recette que l’excursion à Spa… Mais Daniel Bacquelaine répond sans équivoque : c’est tant mieux ! "Je ne veux pas de tourisme de masse, je le dis clairement, parce que cela ne favorise pas la vie des habitants… Nous sommes un peu le jardin de Liège. On ne peut pas faire la comparaison avec Spa".

Les autres priorités ? "Je défends une commune où la sécurité soit maximale. Notre commune est un modèle à cet égard", répond le bourgmestre qui met aussi en avant la gestion financière : "Nous avons une des fiscalités les plus basses qui existent. Nous devons la maintenir". Lionel Thelen propose quant à lui "plus de communauté, plus de liens entre les personnes et aussi qu’on entame une véritable transition écologique". Benoît Laloux souhaite que tous les Calidifontains soient "unis pour améliorer leur cadre vie". Et Axel Noël part au combat électoral en espérant, face à une majorité écrasante, que "tout n’est pas déjà plié d’avance"...

Paul Vaute

Les déclarations rapportées dans cet article ont été recueillies au cours de l’émission "Le débat politique", réalisée jeudi en partenariat par RCF Liège et La Libre Belgique/Gazette de Liége. L’émission sera rediffusée ce samedi 21 avril à 13h15 et dimanche 22 à 18h15. RCF Liège se reçoit sur 93.8 FM en région liégeoise. On peut aussi écouter ou podcaster sur http://rcf.be/liege-cat/rcf-liege-la-libre-le-debat-politique. Jeudi 26 avril à 18h15 : Visé