Gazette de Liége Basée à Tilff, la start-up est active depuis 2016 dans la veille et la recherche web.

Ce n’est pas vraiment un scoop : Internet regorge d’une masse gigantesque d’informations qu’il est parfois difficile voire carrément impossible pour les entreprises de gérer et de prioriser. C’est ce constat général, parmi d’autres, qui est à la base de la création au début de l’année 2016 de la société dénommée Cikisi. Basée à Tilff, cette start-up composée de cinq personnes dont trois Liégeois, un Bruxellois et un Français est cogérée par Valéry Mainjot et Jérome Collet. Les parcours de ces derniers, lesquels ont en commun un réseau de connaissances, ne sont pour ainsi dire pas banals. En effet, ils se connaissent depuis leur passage au sein de l’Armée belge, dans le cadre du service militaire pour le second cité où il a rencontré le premier qui était quant à lui en charge du régiment de parachutistes avant d’intégrer les forces spéciales. Professionnellement, leurs carrières respectives les ont amené à travailler tant à la FN Herstal que dans le secteur de la construction et de l’environnement.

Un logiciel disponible en application

Depuis quatre ans désormais, leur société ayant seulement été fondée en 2016, ces deux quadragénaires aux profils complémentaires (l’un est ingénieur polytechnicien et l’autre ingénieur commercial de formation) planchent sur leur projet. À savoir le lancement d’un logiciel qui est désormais disponible sous forme d’application pour les entreprises, lequel a pour objectif d’aider ces dernières dans la veille et la recherche sur le web. Ainsi qu’expliqué par Jérome Collet, la société se situe au carrefour de ce que l’on appelle l’"open source" et le "big data" et elle répond selon lui à un besoin. "Les entreprises d’aujourd’hui ont besoin d’un outil performant de gestion, de collecte, de traitement, de stockage et de partage des données", souligne ainsi ce dernier pour qui le logiciel développé par Cikisi et que le Cetic (N.D.L.R. : soit un centre de recherches dont l’expertise est reconnue et qui est basé à Charleroi) a permis de programmer avant de pouvoir le mettre sur le marché.

Trois secteurs de développement

"Il manquait clairement sur le marché belge un outil innovant permettant une veille et une recherche web telle que celle que nous proposons", poursuit le cogérant de Cikisi. Lequel met également en avant les atouts de ce dernier, à savoir essentiellement l’organisation et l’automatisation qu’il permettrait, ainsi que "l’importance de pouvoir identifier les sources" dont il existe différents types. Le champ d’action de la start-up liégeoise est vaste et cela dépend des besoins de ses clients qu’elle commence à peine à démarcher. Ainsi, trois secteurs de développement ont été identifiés dont la défense et la sécurité (un domaine prioritaire où un accord serait déjà conclu avec un grand groupe) mais aussi l’industrie et les médias.Bruno Boutsen