Gazette de Liége

Intervenu jeudi au sein du gouvernement wallon, l’accord sur le projet de tram à Liège, limité dans un premier temps à un axe Sclessin-Coronmeuse, a suscité, bien évidemment, des réactions en sens divers (voir aussi notre "D’une semaine à l’autre", page 48). Florilège non exhaustif et par ordre alphabétique

L’ACTP (Association des clients des transports publics). "Des milliers d’usagers, venant de Herstal, Seraing ou Flémalle se verront donc imposer (avec d’autres) une rupture de charge pour se rendre au centre-ville. Cela représentera un manque certain d’attractivité pour les transports publics. Si, par contre, on continue à assurer des liaisons directes par bus de la périphérie vers le centre-ville, les bénéfices escomptés en termes d’encombrements et pollution seront sérieusement obérés".

Véronica Cremasco, députée wallonne (Ecolo). "Si Philippe Henry n’avait pas été là, on n’aurait rien obtenu".

Frédéric Daerden, bourgmestre de Herstal (PS). "C’est une incompréhension. Notre région liégeoise ne mérite pas un mini-tram mais un vrai tram. On ne réussira pas la Wallonie de demain avec des demi-projets".

Christine Defraigne, députée wallonne et conseillère communale (MR). "Les bourgmestres de Seraing et de Herstal doivent se sentir cocufiés par le CDH Je reste persuadée qu’un marchandage politique est en cours au gouvernement wallon. L’excuse sera facile pour le ministre Antoine dans quelques semaines : "Je vous ai donné votre tram, le Centre sportif ira à Louvain-la-Neuve". Dans ces deux dossiers, les Liégeois sont les dindons de la farce".

Michel de Lamotte, député wallon et conseiller communal (CDH). "Le fait d’avoir prévu deux phases pour le développement d’un réseau de tram à Liège va sans doute favoriser la rapidité d’exécution de la première phase. C’est une garantie supplémentaire dans la perspective de l’Exposition internationale Liège 2017".

Willy Demeyer, bourgmestre de Liège (PS). "Je suis satisfait qu’une décision de cette importance ait pu être prise avant la fin 2011, malgré le contexte très difficile que nous connaissons. Un investissement majeur de plus de 300 millions d’euros, ce n’est pas anodin. De plus, il renforce le dossier de candidature de Liège à l’Expo 2017".

Alain Mathot, bourgmestre de Seraing (PS). "C’était un projet d’agglomération. On en est revenu à un projet de ville. Je ne sais pas si je dois encore réserver des terrains Qu’on ne vienne plus me parler de communauté urbaine".

urbAgora, groupe de réflexion. "Nous félicitons et remercions le gouvernement de son choix de mener ce projet à bien dans le contexte budgétaire très difficile que l’on connaît actuellement. La ligne retenue nous semble globalement pertinente et devrait permettre de soulager le tronçon actuellement le plus chargé du réseau Tec (Leman-St- Lambert) et faire en sorte que le tram soit rempli, ce qui est une condition pour la suite".