Gazette de Liége 10 ans

L

e chantier est d’ampleur; il devrait durer dix ans, coûter des millions d’euros et il est déjà lancé. La cathédrale Saint-Paul connaît et va connaître d’importants travaux de rénovation qui englobent la réfection des murs, de la toiture, des corniches, du chauffage, des vitraux, des peintures des voûtes et des orgues. L’édifice est en effet bien mal en point avec principalement des problèmes d’infiltrations d’eau et de stabilité des murs. Ce chantier complexe et phasé est financé à 95 % par la Région wallonne, le reste à charge de la Fabrique d’église (4 %) et de la Province (1 %) qui, on le sait peu, est propriétaire de la cathédrale.

Vu de l’extérieur et côté place Saint-Paul, on constate que l’aile Ouest du cloître, occupée par le Trésor de la cathédrale, a déjà fait l’objet de travaux. Un appendice moderne a notamment été créé. "Les travaux se sont achevés en décembre et ils ont coûté plus de 2,6 millions d’euros. Cette aile rencontrait un gros problème de stabilité de ses murs qui est aujourd’hui résolu grâce à la construction d’une cage de béton dans la petite cour. La restauration du musée est un modèle du genre", explique Jean-Pierre Roland, le président de la Fabrique d’église.

La Fabrique a financé l’installation d’un nouvel autel résolument moderne et de chaises dans le chœur. Et en voie d’achèvement, on trouve la rénovation de l’ancienne maison canoniale de la rue Saint-Paul, un bâtiment en partie classé.

D’importants dégâts des eaux

Voilà pour les travaux achevés ou en cours. Mais il reste fort à faire Le dossier principal du chantier, c’est la toiture, les corniches, la charpente et l’enveloppe extérieure. La cathédrale connaît régulièrement des fuites d’eau et il est grand temps d’y remédier. "Jusqu’à présent, nous n’avons apposé que des rustines. Les poutres maîtresses sont dégradées de manière inquiétante à cause des infiltrations. Les peintures des voûtes sont également abîmées par l’eau. Quant aux corniches, aux pinacles et aux pierres, leur dégradation est liée à la transformation de la cathédrale. Romane au départ, elle a été habillée d’un décor néogothique par l’architecte Delsaux au 19e siècle. Nous récoltons aujourd’hui les problèmes inhérents à ces ajouts", indique le président. Les pierres noircies par le soufre seront nettoyées.

La Fabrique d’église prendra à sa charge financière l’installation d’une chaudière à gaz, qui diffusera de l’airpulsé, et la pose d’une cheminée, à hauteur de 150 000 euros. Le lancement des travaux est espéré au début de l’année prochaine. Et dans l’aile Est, c’est une salle de conférence qui sera aménagée. Un projet de restauration des orgues est aussi au programme. Il faut encore préciser que les offices et les activités seront maintenus à Saint-Paul pendant toute la durée du chantier.