Des vies derriè re les pierres

P.V. Publié le - Mis à jour le

Gazette de Liége

Des grottes du Tro Cwaheur à Ivoz-Ramet, où Schmerling découvrit les premiers vestiges d’hommes fossiles, aux cadres de vie et de travail du père Pire à Huy, en passant par la maison d’André Modeste Grétry en Outremeuse ou le château et les monuments funéraires des comtes de Marchin à Modave, nombreux sont les lieux qui portent les traces ou tout au moins le souvenir de grandes figures de l’histoire. C’est ce lien entre les pierres et les hommes qui servira de fil rouge, cette année, aux Journées du patrimoine, organisées les samedi 8 et dimanche 9 septembre.

En province de Liège, il faudra choisir entre 135 propositions, toutes gratuites pour rappel, dans 46 communes. Il en est de peu originales, certes, mais d’autres constituent des occasions rares à saisir. Parmi les portes qui s’ouvriront exceptionnellement, on retiendra notamment celles de la maison d’Armand Rassenfosse en Cité ardente (voir encadré) ainsi que celles du château de Sélys-Longchamps à Waremme, famille de l’homme politique et entomologiste Edmond, dont le volumineux journal personnel a été édité il y a peu (LLB, 22/2/2010).

Au nombre des autres faveurs offertes en ces Journées, on citera celle de visiter la salle de dissection et le petit théâtre d’anatomie de l’institut du même nom, où s’illustrèrent notamment Théodore Schwann et Léon Frédéricq, ou encore de découvrir le grand télescope et la lunette méridienne de l’Observatoire de Cointe. Le lycée de Waha mettra en valeur sa fondatrice Léonie ainsi que l’homme politique Georges Truffaut (les élèves feront les guides).

Il est à peine nécessaire de préciser que les châteaux Nagelmackers à Angleur, Cockerill à Seraing, de Sclassin à Soiron, de la Motte à Huy seront de la partie. Jehay se souviendra de Zénobe Gramme, Hamoir de Jean Del Cour, Herstal de Charlemagne, l’athénée Thil Lorrain à Verviers des Pirenne, Stavelot (à l’abbaye) du violoniste François Prume et des musiciens Octave et Raymond Micha, la Basse-Meuse de saint Hadelin et de d’Artagnan Plus proche de nous dans le temps, l’ingénieur René Greisch sera associé au pont de Wandre, dont on pourra visiter l’intérieur. Les personnes liées aux lieux peuvent aussi être collectives : dans des registres on ne peut plus différents, des témoignages et animations à la collégiale Saint-Martin sont consacrés aux patriciens qui périrent dans l’incendie bouté il y a 700 ans, alors que la ferme de la Famelette à Huccorgne rendra hommage aux immigrés italiens. La Communauté germanophone a prévu pour sa part des circuits en bus à Eupen-Raeren et dans l’Eifel.

Comme chaque année, des milliers de bénévoles ont été mobilisés pour guider les visites, mettre sur pied des expositions, organiser des animations diverses A cet engouement répond largement celui d’un public de plus en plus fidélisé et même conscientisé. "Au départ, explique William Ancion, président des Journées, les Journées étaient un effort des pouvoirs publics pour sensibiliser la population au patrimoine. Maintenant, ce sont les pouvoirs publics qui, quand un monument est en péril, ont devant eux une population avertie".

L’an dernier, l’événement avait drainé quelque 300.000 visiteurs en terres principautaires, chiffre en diminution sensible par rapport aux éditions précédentes, mais qui n’en reste pas moins considérable. Le nombre de spectateurs venus assister au prologue du tour de France à Liège, le 30 juin dernier, fut à peu près identique ! Et la météo, à ce qu’il paraît, est très optimiste pour ce week-end

Programme complet sur le site www.journeesdupatrimoine.be, sur demande au 0800.11.901 ou dans les maisons et offices du Tourisme, les maisons du Tec, la Fnac etc.

Les Tec offriront pendant tout le week-end le transport gratuit vers les lieux situés sur leurs lignes grâce à un coupon à découper dans la brochure ou à télécharger sur le site.

Publicité clickBoxBanner