Gazette de Liége

Travaux, commerces, tracé, bus : craintes tous azimuts

Enquête publique L’enquête publique relative à la demande de permis unique déposée par la Société régionale wallonne du transport pour la construction d’une ligne de tram à Liège - il s’agit d’un tronçon de 11 km allant de Sclessin à Coronmeuse avec une antenne à Droixhe - est désormais clôturée. Quant aux réunions d’information qui ont eu lieu dans les quartiers concernés, la Ville tire un bilan positif et se réjouit de l’implication des 860 Liégeois présents "dans un climat constructif et responsable". Malgré ce satisfecit, un grand nombre de craintes sont exprimées au travers des divers avis rendus dans le cadre de l’étude d’incidences. Parmi celles-ci : l’impact des travaux sur la vie quotidienne, et notamment commerciale, du centre-ville. C’est ainsi, par exemple, que l’Union des classes moyennes, qui déplore "un tout au transport doux", insiste sur "la nécessité d’un phasage adéquat" et sur "l’importance d’une bonne communication". Les incertitudes liées aux indemnisations lors des travaux ainsi qu’aux capacités de livraison et de stationnement sont également évoquées par les commerçants. Autre inconnue qui subsiste - "la réflexion est toujours en cours au niveau du Tec" - : la réorganisation du réseau de bus existant, qui devra se faire dans une enveloppe budgétaire constante. En matière de tracé aussi, les remarques sont nombreuses, à commencer par celles émises par l’ASBL urbAgora. Laquelle déplore entre autres choses "une absence de prise en compte des quartiers péri-centraux" et un manque criant en termes d’intermodalité, notamment sur le site de Bressoux. Autres points noirs : le cœur historique où deux options s’affrontent (un passage unique en Féronstrée ou rue Léopold), les Guillemins (le passage du tram au milieu de l’esplanade ne plaît pas à tous) et la zone Saint-Jacques-Avroy où le comité de quartier épingle "un risque d’étranglement de la circulation automobile". Rien que ça B.B.