Gazette de Liége seraing

C’

est la moins mauvaise des solutions " , avait estimé le bourgmestre de Seraing Alain Mathot (PS) en mars 2011, alors que le Conseil communal était amené à choisir la future implantation d’un Eros Center. C’est le site dit de la cour des Miracles, dans le bas de Seraing, qui avait été désigné. Il a fait récemment l’objet d’un assainissement.

Pour rappel, c’est suite à la fermeture de salons de prostitution à Liège, entre 2008 et 2009, et à l’exode de prostituées vers la rue de Marnix à Seraing que les autorités sérésiennes ont réfléchi à la possibilité de créer un Eros Center. En effet, selon les derniers chiffres communiqués par le maïeur en mars 2012, on compte près de 300 prostituées sur le territoire sérésien "alors que les effectifs de la police locale ne permettent pas d’en assumer plus d’une centaine" Cet afflux a eu pour effet de détériorer davantage les conditions d’accueil et a généré, dans la zone, une hausse des risques en terme de sécurité.

D’où la volonté de créer un Eros Center afin que "le plus vieux métier du monde " puisse s’y exercer dans de bonnes conditions d’hygiène, de salubrité et de sécurité. La régie communale autonome Erigès ayant publié le cahier spécial des charges pour l’étude et la construction de cet Eros Center, les candidats ont jusqu’au 18 juin pour déposer leur projet.

Il est prévu que le bâtiment soit érigé sur plusieurs niveaux et qu’il s’étende sur 2000 m². "Nous souhaitons que ce lieu, dont les qualités architecturales et techniques seront prépondérantes, rencontre de nombreux critères de discrétion de sorte que l’activité intra-muros ne soit plus perçue depuis la voie publique", précise le bourgmestre.

L’Eros Center comprendra notamment un bureau de gestion (équipement de sécurité, contrôle d’accès), un bureau de police autonome accessible depuis l’extérieur, et aux étages un bureau confidentiel à usage social ou encore un espace de consultations médicales.