Gazette de Liége Juillet 1918 (suite) Il y a des milliers de malades, les médecins ne savent plus où donner la tête.