Gazette de Liége Un Carnet du Patrimoine révèle des richesses de l’ancienne Cité lainière.

On dit souvent que pour apprécier la ville de Verviers, il faut absolument être Verviétois. La lecture du dernier en date des Carnets du Patrimoine règle le sort de cette assertion. En 56 pages dont de nombreuses illustrations, les auteurs arrivent à intéresser n’importe quel lecteur, même non Verviétois, à la richesse patrimoniale de cette cité qui connut son âge d’or au 19e siècle et qui fut une des "Bonnes Villes" de la Principauté de Liège.

Ancienne "Bonne Ville"

Catherine Bauwens, archéologue et historienne de l’Art, et Jean-François Potelle, historien et archiviste de la Ville de Verviers, ont mis non seulement toutes leurs compétences mais aussi tout leur cœur dans cet ouvrage qui donne envie d’aller sur place repérer maisons privées et publiques, statues, églises ou fontaines.

Dans sa préface enthousiaste, le Verviétois qu’est Freddy Joris, directeur de l’Institut du patrimoine wallon, souligne combien la "rénovation urbaine" a été néfaste au patrimoine verviétois. Il espère fermement que l’avenir verra la préservation du bâti qui a subsisté et le réaménagement harmonieux des espaces urbains. Après une évocation du patrimoine d’Ancien Régime avec, notamment, l’église Notre-Dame des Récollets ou la chapelle Saint-Lambert, unique vestige du couvent des Sépulchrines arrivées à Verviers en 1634, on entre dans le vif du sujet avec le 19e siècle qui fut le "siècle d’or" de Verviers.

Le "siècle d’or"

Dès la fin du 18e siècle, commence un processus d’industrialisation qui va bientôt exploser avec les machines textiles introduites par William Cockerill, le père de John. Verviers va devenir un des plus importants centres drapiers européens. La Vesdre et l’arrivée du chemin de fer seront à la base de la prospérité verviétoise. Des usines, des maisons bourgeoises, des commerces, des boulevards vont surgir dans la ville qui se forme. Des écoles, des banques, un théâtre, un conservatoire, un palais de justice, un important patrimoine religieux, quelques beaux escaliers, des statues, des fontaines font de Verviers une délicieuse ville de province qui, aujourd’hui encore, mérite d’être mieux connue.

Depuis la maison Moulan (1558-1559) jusqu’au cimetière, "lieu idéal pour appréhender l’histoire de Verviers au 19e siècle", disent les auteurs, c’est un réel plaisir doublé d’un intérêt historique que de feuilleter ce Carnet du Patrimoine consacré à l’ancienne Cité lainière.

Le Patrimoine de Verviers. Carnet du Patrimoine 140. Éditions IPW. 56 pages. 84 illustrations. 6 euros. Renseignements : Tél. 081 230 703 ou www.institutdupatrioine.be.