Gazette de Liége Le festival Eurovideo, de retour à Liège, se veut un panorama de la création contemporaine.

Le dernier rendez-vous de ce type remonte à l’année 2015. Trois ans plus tard, le festival Eurovideo, organisé par l’ASBL Vidéographies présidée par Robert Stéphane, est donc de retour en terres liégeoises. Et ce pour le plaisir des amateurs de l’art vidéo, lequel fait partie intégrante si l’on en croit ce dernier des arts numériques ou digitaux c’est selon. Ainsi que précisé par le président-fondateur de cette ASBL qui organise depuis 2010 des festivals internationaux à destination des artistes émergents, le festival en question s’adresse à tous les vidéastes en phase d’élaboration de leur rapport au médium concerné et de leur identité dans le monde actuel.

Ce lundi 26 février, soit le jour-même où a eu lieu la présélection officielle par un jury professionnel belge mis sur pied pour l’occasion, les organisateurs ont présenté le programme de l’édition 2018 d’Eurovideo. Ce dernier, conçu comme un grand rassemblement autour de l’art vidéo, présentera ainsi au public liégeois et au-delà, et ce au cours de trois soirées prévues les 15, 16 et 17 mars prochains au Théâtre de Liège, toute une série de vidéos en compétition. Lesquelles, comme l’explique encore Robert Stéphane, sont censées représenter un panorama de la création contemporaine.

17 vidéos issues de 11 pays européens

"Le festival se veut un écho de ce qui se passe d’intéressant en matière d’art vidéo, et ce tant en Belgique qu’ailleurs en Europe", souligne l’équipe organisatrice qui se compose également de représentants du Théâtre de Liège, de l’Université ou encore du Bam Festival, lequel est organisé à l’automne. Si le cœur d’Eurovideo 2018 se situera à Liège, le festival se déploiera bien au-delà de la Cité ardente puisque différents centres artistiques européens seront aussi concernés. En outre, la compétition officielle, pour laquelle 17 vidéos issues de 11 pays ont été sélectionnées parmi pas moins de 170 candidatures reçues, sera projetée simultanément dans plusieurs autres lieux.

Outre un jury international au sein duquel on retrouve outre plusieurs Liégeois différents spécialistes du genre venus de Bruxelles mais aussi du Luxembourg, d’Italie et du Monténégro, le public présent lors des soirées des 15 et 16 mars sera lui aussi amené à départager les œuvres. Ces dernières, à en croire notamment Ronald Dagonnier, coordinateur du Bam Festival, et Dick Tomasovic, professeur à l’ULiège, font montre de la richesse de la création européenne en la matière.

Toute une série de tendances semblent toutefois se dégager comme l’utilisation de technologies particulièrement innovantes telles que la reproduction en 3D ou encore l’emploi de la première personne, le travail sur les archives, en collectif… Avant la compétition en elle-même, laquelle débutera chaque soir à 20h15, sera diffusée une carte blanche dédiée à des vidéos marquantes et proposée par trois organisations belges impliquées dans la vidéo, à savoir en l’espèce Vidéographies mais aussi Argos (Bruxelles) et Muhka (Anvers). Plusieurs prix seront remis lors de la soirée du 17 mars dont le Grand Prix Eurovideo 2018. À noter enfin que l’accès à cet événement original sera entièrement gratuit et que des dispositifs de médiation du public seront prévus.