Gazette de Liége

C 'est à la fin de l'année, normalement, que la Régie des bâtiments choisira où reloger les quelque 900 fonctionnaires de l'actuelle tour des Finances, qui devra être déménagée fin 2012. L'appel d'offres, s'il avait dû être interrompu en raison d'un vice de forme ("Gazette de Liège", 11/4), a conservé un cahier de charges identiques, tout en faisant désormais l'objet d'un appel européen. Les cinq candidats de départ sont restés en lice, à l'exception de la SNCB, qui s'est retirée.

Si la décision finale du futur bâtisseur de la nouvelle "cité des finances" revient à la Régie des bâtiments, chaque dossier doit soumettre sa demande de "CU2" (certificat d'urbanisme) à l'analyse de la ville de Liège et du fonctionnaire-délégué de la Région wallonne, qui doivent donner un avis favorable ou défavorable. Sans constituer une décision ferme, cet avis compte dans le dossier global de candidature.

Après examen ce jeudi, le collège liégeois a rendu un avis favorable aux deux projets de Fedimmo ("cette société privée qui, via Didier Reynders et contre notre gré, a racheté la tour des Finances, dépossédant la Ville de possibilités immobilières...", glisse le bourgmestre). L'un prévoit des immeubles et bureaux sur 26 étages (une nouvelle tour en somme), l'autre propose un développement immobilier sur 4 étages (bureaux et logements) le long de l'esplanade.

"Par là, le Collège montre qu'il est favorable au maintien de l'activité des finances dans le "périmètre de remembrement urbain" défini autour de la gare", souligne Michel Firket, échevin de l'Urbanisme. Qui verrait d'un mauvais oeil cette activité "moteur" s'implanter au Val-Benoît ou au quai des Ardennes, comme proposé par les autres candidats. Taxés, eux, d'un avis négatif. "Nous visons un effet d'entraînement sur le quartier, une cohérence de choix urbain" ajoute-t-il.

Si la SNCB rentre une nouvelle proposition, interne au PRU, il est possible que la Ville remette aussi un avis positif.