Gazette de Liége Une première en Wallonie pour Elia dans le cadre d’un plan pluriannuel

Empêcher les oiseaux de s’empaler lors de leurs vols dans les câbles électriques haute tension, voilà l’objectif recherché par Elia via la pose de balises aviurnes entre les Awirs et le Val, le long de la Meuse sur la nouvelle ligne à haute tension 220 kV, longue de 1,5 km.

Un projet qui se déroule en collaboration avec Natagora. "On estime à plus d’une centaine de milliers par an le nombre d’oiseaux victimes de collisions en Belgique, simplement parce qu’ils ne perçoivent pas bien les câbles lors de leur déplacement en vol. En équipant les câbles de balises, on réduit considérablement ce risque. Des balises avifaunes ont ainsi été installées sur plusieurs lignes du réseau de transport d’électricité d’Elia", explique Antoine Derouaux, Département d’étude de Natagora

L’association de protection de la nature a d’ailleurs mené, en 2012, avec d’autres partenaires - Natuurpunt, Vogelbescherming Vlaanderen et l’Institut flamand de Recherche sur la Nature et la Forêt (INBO) - une étude permettant de cartographier les zones les plus critiques en matière de risque de collision des oiseaux avec les câbles à haute tension.

Et, elle a démontré que 3,4 % du réseau électrique aérien d’Elia constituait un risque élevé de mortalité pour les oiseaux. Depuis, ces zones les plus critiques sont traitées au fur et à mesure. De telles balises ont effectivement déjà été placées avec des résultats très positifs à Audenarde, entre Zeebruges et Dudzele. "Depuis quelques années, le respect de la biodiversité fait partie des priorités. Ce projet le démontre et les nouveaux projets de lignes intègrent automatiquement le balisage avifaune dans les zones ou cela est nécessaire. Nous passons à une approche proactive", ajoute Ilse Tant, Directrice Public Acceptance d’Elia.

Un plan pluriannuel est ainsi prévu pour réduire ces décès accidentels.