Gazette de Liége Pas encore de solutions mais la grève est suspendue.

Depuis lundi, les professeurs de l’athénée royal de Fragnée à Liège manifestent contre le retour de la préfète Reinette Guelfi. Ils ont notamment installé un piquet devant l’école et ne comptaient pas arrêter la grève avant d’avoir obtenu satisfaction.

Pour rappel, les griefs reprochés à la préfète sont multiples : mauvaise communication, manipulation, méprisante, insultante… Les organisations syndicales ne comprennent toujours pas pourquoi la préfète qui avait été évaluée négativement à la suite d’un stage de deux ans s’est vue réintégrée.

Une situation que certains jugent risible. "Une évaluation négative faite par le comité d’évaluation de l’enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles peut, sur la base d’un même dossier, être remplacée par une évaluation positive donnée par la chambre des recours de cette même Fédération Wallonie-Bruxelles", déplorent ainsi les syndicalistes.

La grève s’arrête mais les actions continuent

La ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns (CDH) a reçu vendredi dans ses bureaux une délégation des professeurs de l’athénée afin d’aplanir la situation. À l’issue de la rencontre, une assemblée générale des travailleurs a été organisée afin de prendre position sur les propositions du chef de cabinet adjoint de la ministre de l’Enseignement. Des propositions de négociations concernent la mise en place de dispositifs destinés à pacifier la situation. Le personnel a donc décidé de suspendre le mouvement de grève pendant le temps nécessaire à la négociation.

À noter que les élèves ont quant à eux décidé de ne pas rester les bras croisés et de lancer une pétition contre le retour de la préfète.