Gazette de Liége

C’était il y deux ans quasi jour pour jour : la gare TGV des Guilllemins était inaugurée. A cette époque, on nous disait que les travaux d’aménagement de la future esplanade des Guillemins débuteraient dans la foulée. Deux ans plus tard, les travaux de la future place, préalable à une plus vaste esplanade s’étendant jusqu’à la Meuse, viennent enfin de démarrer (cfr LLB-Gazette, 12/9). C’est par la refonte du rond-point de l’ancienne place des Guillemins que ce chantier a débuté. Pour ce qui est de la suite, on verra, affirment les pouvoirs publics. Car si les choses bougent enfin dans le quartier, ce dont tous les acteurs se réjouissent, la question de son réaménagement reste plus que jamais posée et des incertitudes subsistent.

Il en est ainsi notamment du passage du tram. S’il est acquis qu’il passera sur l’esplanade, l’hypothèse de faire de la rue Paradis sa porte d’entrée et de sortie semble plus que jamais tenir la corde. Preuve s’il en est : les travaux qui viennent de débuter au bout de la rue des Guillemins et qui n’intègrent visiblement pas la pose de rails destinés au tram. Il appartient toutefois encore à la Ville de Liège et à son collège communal de se positionner sur ce dossier sensible - quid de la rue des Guillemins à l’avenir ? -, ce qui devrait être fait d’ici la fin de ce mois. Cette solution attendue d’un passage du tram par la rue Paradis n’est en tout cas pas du goût de tout le monde, l’ASBL urb-Agora en tête pour qui "opter pour le passage du tram par la rue des Guillemins optimise la connexion entre le tram et la gare et permet de développer un espace piétonnier de qualité sur l’esplanade". Du côté d’Ecolo - pour rappel, le ministre Henry aura également son mot à dire sur le sujet -, "ce qui importe n’est pas que le tram fasse joli dans le quartier mais qu’il soit l’occasion de le restructurer en profondeur".

La deuxième grande incertitude - et elle est de taille - concerne le devenir du projet d’une nouvelle tour des Finances portée par le promoteur Fedimmo et qui ne cesse de créer la polémique. On ne va pas refaire ici l’historique de ce dossier complexe où Ville, SNCB-Holding et régie des Bâtiments se renvoient sans cesse la balle de manière pathétique. Mais où en est-on au juste à cet égard ? "Nous sommes à quelques jours de la délivrance du permis unique par le fonctionnaire délégué", affirme l’échevin liégeois de l’Urbanisme Michel Firket (CDH). Le hic, c’est que récemment, des soupçons sur la manière dont le marché public avait été attribué à Fedimmo ont refait jour (cf. LLB, 13/9). Et que dire également des recours qui sont ou seront encore intentés contre ce projet ? Pour Michel Firket, "on peut imaginer tout et n’importe quoi et réécrire l’Histoire cent fois, mais je constate que personne n’a encore utilisé juridiquement les soi-disant soupçons existants". Affirmant que la Ville n’est pas passée en force sur ce dossier - "on a accordé un certificat d’urbanisme au meilleur projet" - et confiant en l’avenir, il réfute le qualificatif "pourri" relativement à ce dossier précis.

De son côté, Bénédicte Heindrichs (Ecolo) n’est pas du même avis, estimant que "ce dossier est mal emmanché depuis le début et s’appuie sur un outil juridiquement bancal". A savoir le périmètre de rénovation urbaine des Guillemins, par essence même évolutif. "Ce PRU prévoit de longue date une émergence urbaine à cet endroit", rappelle Michel Firket, un échevin que l’on sent pressé d’en finir sur ce dossier mais que d’aucuns qualifient d’obstiné.