Gazette de Liége

Après les Hautes Écoles des Provinces de Namur et Liège, la Haute École Libre Mosane - en abrégé HELMo - sera portée ce lundi matin sur les fonts baptismaux. Au menu : rentrée académique et premiers cours, même si certains étudiants ont déjà commencé leur année vendredi.

On y pense depuis 95...

HELMo est l'enfant de la fusion des hautes Écoles Hemes - Haute École Mosane d'Enseignement Supérieur - et Isell - Institut Supérieur d'Enseignement Libre liégeois - créées toutes deux après le décret de 1995. "Cette nouvelle Haute École, la seule du réseau libre en province de Liège, disent d'une même voix Anne-Marie Moniotte, directrice -présidente d'HELMo, et Alexandre Lodez, secrétaire général, sera ainsi plus visible et proposera à ses futurs étudiants une offre de formations plus complète. Pas moins de 33 formations de type court - bacheliers et enseignants - et de type long - ingénieurs industriels - seront organisées dans les secteurs de l'économie, de la mode, du paramédical, du pédagogique, du social et du technique. "

Dans le mensuel "Église de Liège", Etienne Florkin, président du Conseil d'Administration d'HELMo soulignait que dès l'année 1995, certains pensaient déjà à effectuer ce pas de plus pour des raisons économiques et fonctionnelles mais souligne-t-il : "il a fallu attendre Bologne pour oser la fusion en une seule école". Dans le même article, Michel Hansenne, vice-président du Conseil d'administration, souligne que la Haute École est partie prenante d'une vision de l'homme et du monde en référence à l'Évangile. "Il y a, dit-il, des cours de religion ou de philosophie qui offrent, à côté d'autres éclairages, la proposition de la foi chrétienne."

Cette démarche de fusion entamée voici des années a été acceptée par le Gouvernement de la Communauté française sur proposition de la ministre de tutelle, Marie-Dominique Simonet le 5 juin dernier après avoir été approuvée le 5 mars à l'unanimité par les deux assemblées générales d'Hemes et Isell.

L'an passé déjà, Mme Moniotte soulignait que la longueur du processus dans chacune des Hautes Écoles n'était que la résultante de la volonté de faire participer tous les acteurs à la décision. Professeurs, étudiants, membres du personnel ont ainsi été consultés dans diverses commissions. Cette fusion constitue une réponse au décret de Bologne. "Le paysage de l'espace européen de l'enseignement supérieur se transforme dans toute l'Europe, précise Etienne Florkin. Pour exister, il faut une taille minimale. Et dans les 10 ans à venir on devrait encore assister à d'autres partenariats avec des Hautes Écoles et les universités".

Des mouvements déjà prévus

Sur le plan des implantations des 13 instituts d'enseignements supérieurs d'HELMo - de Loncin à Theux en passant par Huy, Verviers et Liège - des déménagements et des rapprochements physiques sont au programme. Si les services généraux sont implantés aujourd'hui au Mont Saint-Martin, ils devraient mettre le cap sur la rue d'Harscamp sur la rive droite de la Meuse - comme l'école d'assistants sociaux - quand Sainte-Julienne et Saint-Laurent supérieur s'établiront dans les locaux de l'institut Gramme à Angleur. D'autre part, d'ici 2010, les étudiants de Saint-Martin seront logés à Sainte-Marie libérant ainsi à deux pas du centre-ville des bâtiments qui devront être réaffectés. En logements ?

La première rentrée académique de la haute École se déroulera ce lundi de 18 à 21 h au Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain du parc de la Boverie à Liège.

Après l'accueil de Mme Anne-Marie Moniotte, directrice présidente, et le discours de la ministre CDH de l'enseignement supérieur Marie-Dominique Simonet, Philippe Brasseur, auteur, illustrateur, formateur et coach en créativité donnera une conférence sur le thème "Seuls les bébés aiment être changés. Créativité et innovation dans un monde qui change."