Gazette de Liége

C’était il y a un mois et la "Gazette" s’en faisait d’ailleurs l’écho : le Centre hospitalier régional (CHR) de la Citadelle et l’ASBL urbAgora relançaient le projet d’un téléphérique liégeois évoqué par cette dernière dès 2008. L’idée est pour rappel de relier le centre-ville de Liège, et plus exactement le quartier Saint-Léonard, à la Citadelle et à son hôpital qui est l’un des plus importants de Wallonie. Ainsi que le rappelait alors Marie-Claire Lambert (PS), conseillère communale liégeoise et présidente du CHR, cela fait plusieurs années que ce dernier a entamé une vaste réflexion relative à la mobilité et à l’accessibilité d’un site jugé saturé.

Après plusieurs initiatives déjà prises par l’hôpital et avant d’autres à venir dont la mise en place d’un système de navettes à partir d’un parking-relais encore à créer, le projet de téléphérique relancé par urbAgora est jugé très positivement par le CHR. Un projet qui peut compter sur le soutien tant de la Ville que de la Province qui y voit notamment, comme c’est le cas à Huy ou à Dinant, un attrait touristique. Côté urbAgora, qui tout comme le CHR a réclamé auprès de la Région wallonne qu’une étude de faisabilité soit menée, on rappelle que ce projet est loin d’être irréaliste (des exemples étrangers sont notamment évoqués) et on insiste sur la nécessité d’en faire "un outil de mobilité urbaine" et de créer "un pôle multimodal" (en liaison avec le bus, le train et le futur tram) au cœur du quartier Saint-Léonard.

Interrogé dès après cette sortie du CHR de la Citadelle et de l’ASBL urbAgora, le cabinet du ministre wallon en charge de la Mobilité, à savoir Philippe Henry (Ecolo), qualifiait le projet de téléphérique d’intéressant tout en affirmant que sa priorité restait le dossier du tram liégeois. En fin de semaine dernière, on apprenait que si l’étude de faisabilité souhaitée tant par le CHR qu’urbAgora n’était pas encore lancée, son financement serait en bonne voie. Mais la surprise vient du fait que si ces derniers ainsi que la Province se sont visiblement démenés à cet égard, ce ne fut pas vraiment le cas du ministre Henry. "Je l’ai personnellement sollicité à plusieurs reprises et nous l’avons par ailleurs rencontré à son cabinet avec des représentants d’urbAgora mais sans véritable succès", déplore ainsi Marie-Claire Lambert.

D’où l’idée de cette dernière, appuyée par le député provincial Paul-Émile Mottard (PS), en charge du Tourisme, de se tourner vers le Centre d’ingénierie touristique wallon (CITW), déjà actif à Liège au travers de diverses études. Ainsi que le confirme Paul-Émile Mottard, interrogé par nos soins, un financement a été sollicité dans ce cadre. Autre information qui montre selon Marie-Claire Lambert le désintérêt du ministre Henry relativement à ce projet : un groupe de travail réunissant les acteurs concernés (CHR, Ville, Province, urbAgora) tiendra sa première réunion le 8 mai. Mais le grand absent sera le cabinet Henry qui, selon ses dires, a laissé à son administration le soin d’effectuer "un travail de prospection" à cet égard.