Gazette de Liége Ry-Ponet, Chartreuse, 2e ligne de tram… Il faut y penser maintenant, estime Vega

Nous sommes à moins de deux semaines du scrutin communal et, logique politique oblige, les partis fourbissent leurs armes. Au sein de la coopérative Vega, les questions urbanistiques ont toujours été au centre des préoccupations… François Schreuer, unique élu du mouvement, n’est-il pas l’ancien président de l’ASBL Urbagora, qui se donne comme mission d’alimenter le débat "urbain" dans l’agglomération liégeoise ? Ce lundi, c’est donc en mettant en avant de nombreuses propositions de ladite ASBL que Vega a fait le point sur ses "priorités" urbanistiques… "Ce sont concrètement nos objectifs pour les grands projets urbains liégeois ."

Il y aurait urgence… Pour Vega en effet, le constat est clair : "Liège est marquée par un manque évident de planification en matière d’urbanisme. Or dans cette matière, une réflexion à 25 ans s’avère nécessaire", commente l’élu. "Avec ces élections, nous voulons donc défendre notre projet pour Liège."

En l’occurrence, ce projet se décline en 8 priorités, à commencer par la transurbaine, soit cette "autre" ligne de tram. Pour Vega, "la première ligne doit appeler à traverser la rivière, sans quoi on va se retrouver au milieu du gué". C’est le rôle de la 2e ligne, qui relierait Ans à Liège et Chênée à Bressoux.

Deuxième priorité : passer de la réflexion à l’action concernant le parc du Ry-Ponet, soit ces 300 hectares entre Chênée, Beyne, Romsée et Vaux. Ce parc, que tout le monde appelle de ses vœux, doit en effet être réalisé rapidement, estime Vega. "Nous souhaitons concrétiser le projet, formaliser la protection des terres, créer un parc remplissant des rôles de protection de la nature de maraîchage, d’écotourisme ou de lieu public bienveillant."

Troisième urgence : la Chartreuse. Alors que du logement est attendu dans l’ancien fort, Vega y verrait plutôt une affectation économique et estime aussi qu’un switch entre la zone verte de la rue des Fusillés vers les remparts (échange de propriété) est aussi nécessaire, par cohérence urbanistique et par respect des lieux.

Dans son programme, Vega opte par ailleurs pour la création d’une vaste esplanade piétonne en bord de Meuse. Globalement au niveau de la Batte, ce qui nécessiterait la création d’un tunnel pour le trafic, pour éviter que celui-ci soit reporté en rive droite.

Citons encore la construction d’un nouveau quartier au Sart Tilman, "dans la zone actuellement dévolue aux bretelles routières et au parking du campus sans toucher à la zone verte", la connexion du téléphérique au rail, depuis la place Vivegnis vers le CHR et la sortie de l’E313, ou encore le bouclage ferroviaire de Liège qui passerait inévitablement par la création d’un pont entre Droixhe et Coronmeuse.

Enfin, Vega évoque la création d’une sorte de parc de la Villette autour du Standard. Ici, "sur ce site remarquablement irrigué par les transports en commun", les opportunités sont multiples, comme celle d’accueillir, à terme, les Ardentes. Qui sait…

François Schreuer Tête de liste Vega

"Un financement est possible"

"Tous les projets que nous évoquons ne sont pas coûteux mais, outre le Feder et le recours au privé, une source de financement est possible, le "versement de transport". C’est l’inverse logique du système des voitures de sociétés. Les entreprises sont sollicitées mais pour le financement des transports en commun".

Patricia Balluet, candidate Vega, architecte

“Pas que pour les touristes”

“Nous nous inspirons d’autres villes sans oublier la spécificité de Liège. Nous souhaitons que la ville soit agréable à vivre, pour tous. Ce qui signifie que la ville ne doit pas devenir un parc d’attractions uniquement tournée vers les touristes”