Gazette de Liége 22 juillet - 9 août 1917 : offensive anglaise en Flandre, mais désorganisation en Russie.

Issu d’une lignée de commerçants et commerçant lui-même, Henri Jamin témoigne dans ses carnets inédits de la vie à Liège durant les années 1914-1918.

La guerre. Front ouest, une offensive anglaise en Flandres a valu aux Anglais-Français quelques avancées de terrain. Ils ont repris quelques villages de Belgique. L’offensive s’est déclenchée vers fin juillet après une préparation d’artillerie formidable qui a duré plusieurs jours. Les pertes des deux côtés mais surtout du côté des Allemands qui se sont fort défendus ont été très fortes. […]

En Russie : désorganisation complète de l’armée et gâchis politique complet; on discute de faire de la Russie une république. Des émeutes fréquentes ont lieu à Pétrograde. Le gouvernement provisoire a difficile de se maintenir au pouvoir. Les Austro-allemands ont pris l’offensive en Galicie et ont eu facile de repousser les Russes; ceux-ci ne combattant plus. Toute la Galicie et la Bukovine sont libres de Russes à l’heure actuelle. Les efforts de 3 ans sont anéantis en quelques semaines. Des armées russes entières à ce front ont refusé d’obéir aux ordres de leur commandant, on a même tué quelques-uns de ceux-ci. A ce jour, on dit que les armées russes vont être reconstituées et qu’elles vont s’assurer une ligne d’arrêt d’où ils repartiront en offensive ou au moins d’où ils défendront l’entrée sur leur territoire des armées Austro-allemandes. On prête à ces dernières l’intention de ne pas envahir la Russie à cet endroit. Au Nord de la Russie, les armées se défendent mieux.

La vie, le temps, les affaires : en général le beau temps continue. Le dimanche 29 juillet vers 2hres nous avons eu un orage accompagné d’un ouragan terrible. Les jardins ont été fort abîmés. Nous avons eu beaucoup de fruits tombés dans la prairie, un grand poirier du jardin est mutilé de la moitié de ses branches. Les 3, 4 jours qui ont suivi ont été pluvieux, venteux.

Jeanne a été passer deux semaines à Heusy chez sa tante. […] Ces deux séjours lui ont fait du bien; elle se repose et se plait bien. Elle se propose d’y retourner encore. Notre sœur Louise est venue loger toute l’absence de Jeanne ici à Cointe et s’occuper du ménage.