Gazette de Liége Collège communal Martin Jamar et Niels ‘s Heeren sont les nouveaux venus au sein de la majorité libérale à Hannut.

Le 14 octobre, les libéraux hannutois, emmenés par le bourgmestre sortant Manu Douette, ont transformé l’essai. En confirmant la majorité absolue du MR local, lequel se présentait pour l’occasion sous l’appellation liste du Mayeur, et en faisant même oublier l’absence de l’ancien bourgmestre Hervé Jamar, ce dernier a conforté sa position. Et ce à un point tel qu’il a été décidé de ne pas ouvrir la majorité communale à un autre partenaire de coalition.

Une véritable surprise

Alors que la messe était dite au lendemain du scrutin, Manu Douette et consorts ont mis le temps afin de s’accorder sur les noms et sur les attributions des différents échevins. Comme déjà indiqué, le collège communal se présente comme un mélange d’expérience et de rajeunissement avec, sur les trois nouveaux venus, deux jeunes échevins. Parmi ceux-ci, Niels ‘s Heeren fait figure de véritable surprise, d’autant que le jeune homme, âgé de 22 ans, figurait en 21e position sur la liste libérale. Ce qui n’a pas empêché ce Hannutois pure souche et habitant du village d’Avin de réaliser le septième score personnel.

S’il n’est pas issu d’une famille politisée, il est intéressé par la politique depuis l’âge de 12 ans, lorsqu’il a intégré le conseil communal des jeunes. "Je suis attaché à mon terroir et à ma commune", souligne le cinquième échevin. Issu d’une famille d’indépendants et étudiant en histoire à l’UCL, il n’a pas hésité avant de rejoindre le MR qu’il juge "très ouvert aux idées de chacun". Fier de devenir échevin, il a parmi ses compétences les Travaux mais il dit ne pas avoir peur du temps à consacrer à son mandat tandis qu’il rédigera son mémoire de fin d’études.

Plus qu'un "fils de"

Quant à l’autre nouveau venu, Martin Jamar (27 ans), il a toujours baigné dans la politique puisqu’il est le fils de l’actuel gouverneur provincial. Mais il a voulu aller au-delà de son patronyme, lui qui est impliqué de différentes façons dans la commune. "La vocation m’est venue quand j’étais aux HEC où j’ai présidé l’association des étudiants", explique ce diplômé en gestion, disant avoir voulu s’impliquer à fond dans la campagne et être le porte-voix des jeunes. Résultat : le deuxième score de la liste et un poste de Premier échevin, en charge de l’Emploi et du Logement, pour lequel ce cadre commercial dans une société de pneumatiques a dû aménager son temps.

Bruno Boutsen