Gazette de Liége

La tête de liste du PS à Liège, c’est Michel Daerden. Le ministre wallon star de Youtube en est déjà à sa quinzième élection et compte bien vaincre le MR à l’échelle de la province de Liège, comme en 2007.

Cette campagne a l'air tendue....

J’ai connu une évolution progressive dans les campagnes électorales en termes d’ambiance. En 2007, il y a eu un véritable dérapage avec des attaques de plus en plus personnelles. Notamment de Didier Reynders contre moi. Mais cette fois-ci, c’est encore plus tendu. Les sondages y contribuent car ils créent beaucoup d’incertitude.

Quelles sont vos priorités pour le pays de Liège ?

D’abord, l’aménagement du quartier des Guillemins. Quand j’étais ministre des Transports, j’ai obtenu la ligne à grande vitesse vers l’Allemagne et la création d’une gare magnifique à Liège. C’est l’une de mes plus belles réalisations et je voudrais désormais parfaire l’œuvre. Il faudra notamment créer un boulevard depuis la gare jusqu’à la Meuse et voire même au-delà de la Meuse. Je me suis battu pour qu’un maximum de fonds Feder financent ce projet. 30 millions d’euros sont prévus pour enfuir la desserte et construire une passerelle jusqu’au Mamac et vers la Médiacité. Mais il faudra aller vite : les fonds européens sont valables jusqu’en 2015. Or, les terrains concernés appartiennent à des entités différentes, ce qui complique les choses.

En région liégeoise, de nombreux dossiers en souffrance concernent la mobilité. Quelle est votre position ?

Je défends le "transport structurant", avec une association entre le train et le tram. Certains défendent au minimum la "croix" mais je reste réaliste. Le lien entre Herstal et Jemeppe, c’est déjà 500 millions d’euros... Si, en plus, on veut aller de Fléron à Ans avec une logique en croix, alors là... En outre, c’est infaisable techniquement. Faire passer le tram par la N3 ? Impossible... Il faut 7 mètres de largeur au minimum pour le site du tram. De plus, on ne peut monter cette route avec un tram. D’où mon idée d’une combinaison train-tram.

Et la liaison CHB ?

La liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux/Beaufays est aussi indispensable. D’ailleurs, 82% des Liégeois sont pour. C’est vraiment une question de bon sens, comment peut-on s’y opposer ? Au niveau du timing, il est vrai que le budget de la Région wallonne est très difficile. Mais tous les budgets du monde le sont pour le moment... Les grands dossiers ont toujours pris une trentaine d’années car il y a les cahiers des charges à rédiger, les recours, la construction effective, etc. En ce qui concerne CHB, Ecolo n’aime pas ce dossier. Je le comprends, je suis un grand démocrate, mais c’est une erreur fondamentale.

La construction du Trilogiport prend du temps également...

Quelle saga ! Une histoire extraordinaire... C’était la première fois de ma carrière où j’avais un permis de construire mais plus de terrain... J’avais exproprié Electrabel qui avait fait un recours. Je gagne en première instance mais Electrabel fait appel et l’emporte finalement. Mais, entre-temps, j’avais obtenu le permis Finalement, nous sommes arrivés à un accord. Le Trilogiport devrait être achevé dans le courant de la prochaine législature. Il devrait y avoir un impact important au niveau de l’emploi.

Les travaux au Country Hall ont coûté beaucoup d'argent. Était-ce le bon choix ?

Je n’ai pas de regret conceptuel de base par rapport au Country Hall. Une grande ville doit avoir une salle de dimension européenne, capable de recevoir Deep Purple, les finales de tennis de table ou la Fed Cup. Il fallait une macrostructure. L’idée initiale, c’était une implantation à Coronmeuse ou à Bavière mais ça allait être l’enfer : 10.000 personnes à chaque évènement, les embouteillages sur les quais, les nuisances pour les riverains,... Il fallait donc aller au Sart Tilman où la salle existait déjà et qui devait juste être aménagée. Actuellement, tout est réglé. Et le "basket" a resigné. Que peut-on faire de mieux ?

N'a-t-on pas perdu beaucoup de temps et de moyens en vain pour prolonger la sidérurgie chaude à Liège ?

Ce dossier m’a beaucoup interpellé. Après l’opération de rachat par Mittal, on nous a annoncé la réouverture du haut-fourneau 6 car la demande d’acier augmentait au niveau mondial. Cela allait totalement à contre-courant de l’accord précédent qui prévoyait la fermeture. Mais maintenant la demande diminue et, donc, on ferme... Je n’aime pas ce système de yo-yo. Cela montre bien ce qu’est le capitalisme débridé. Mes amis de la FGTB ont défendu la réouverture. Je les comprends, c’était inespéré. Cela a été de courte durée, mais on n’a pas pour autant arrêté de travailler à la reconversion.

Quid de l'attitude d'Elio Di Rupo sur l'éthique politique au PS ? En a-t-il assez fait ?

C’est un gros problème. Un grand débat est nécessaire, mais la question c’est de savoir à quel moment il faut sanctionner. Si les accusés sont finalement acquittés, alors qu’ils avaient été sanctionnés tout de suite au niveau du parti, ils le paieront toute leur vie...

Quels sont vos objectifs politiques ?

Je souhaite que le Parti socialiste soit premier en province de Liège, comme en 2007. Nous visons 7 sièges au total pour les trois arrondissements électoraux de la province. Mais l’apparentement peut provoquer une distorsion. Au niveau des arrondissements, celui de Huy-Waremme est inquiétant car il y a un "effet Javaux" et un double "effet Lizin" : la saga hutoise et la candidature de Michel Lizin au niveau du Mouvement socialiste. Mais le PS doit être premier en province de Liège, sinon je me demande bien où on va...

Votre campagne joue beaucoup sur l'émotionnel. Votre image est notamment associée à celle du Standard...

Je vais vous raconter une anecdote : lors de la rencontre Gand-Standard, on était allé voir le match sur le grand écran installé dans le stade de Sclessin. Quand Bolat a arrêté le penalty tiré par les Gantois, le public s’est retourné vers moi et a crié "Merci papa !" Je me demande toujours pourquoi... Un panel d’experts en marketing s’est penché sur la "Daerdenmania" : ils parlent d’"authenticité dévoilée". Je me montre tel que je suis. C’est incroyable le nombre de personnes qui viennent me toucher, me parler et me demander de ne surtout jamais changer...