Gazette de Liége Bientôt un "J’aurai 20 ans…" futurologique pour les 200 ans de l’ULiège.

Fondée le 25 septembre 1817, l’Université de Liège aura donc sous peu deux cents ans. Ce ne sera pourtant pas (beaucoup) l’occasion d’évoquer les grandes étapes de son histoire, constitutives de ce qu’elle est aujourd’hui. Cap au contraire sur le futur : en collaboration avec des professeurs de l’Alma Mater, les concepteurs bien connus de Collections&Patrimoines et d’Europa 50 ont été conviés à monter un nouveau "J’aurai 20 ans…" Après 1945, les années’60 et 14-18, voici 2030. L’exposition est actuellement en cours de montage à la gare des Guillemins. Elle ouvrira ses portes le 23 septembre prochain pour durer jusqu’au 3 juin 2018.

"Nous nous tromperons sûrement"

Prudemment, on a choisi une ligne d’horizon très proche pour cet essai de futurologie muséographiée. 2030, ce n’est jamais que dans treize ans… "Nous présenterons beaucoup d’avancées scientifiques déjà ébauchées à l’heure actuelle et qui commenceront peu à peu à faire partie de notre quotidien, expliquent les organisateurs. D’autres ont un horizon plus lointain". Il est en effet peu probable que la maison où les robots s’occupent d’à peu près tout, dans laquelle les visiteurs pourront pénétrer, puisse être déjà habitée par ceux qui ont 7 ans aujourd’hui. Et on doute fort que les architectes de la ville du futur "intelligente et connectée", telle qu’elle sera présentée, soient déjà nés.

"Prédire l’avenir est un énorme risque et nous nous tromperons sûrement", a admis lucidement l’ex-recteur de l’ULiège Bernard Rentier, président du comité du bicentenaire. Imaginer le futur même proche est déjà une gageure. Et le montrer encore plus… Un espace sera consacré au véhicule autonome sur lequel planchent aujourd’hui tous les grands constructeurs, alors que bien peu y croyaient il y a quelques années à peine.

Une expérience immersive

Avec, malgré tout, quelques flash-back comme l’hommage à de grands inventeurs d’hier qui ont tracé des voies toujours suivies, le parcours-immersion dans l’an 2030 (et après) soulignera çà et là les contributions liégeoises à quelques grandes avancées. Les objets, mises en situation, films, explorations en 3D… offriront autant de visions de l’avenir de l’alimentation, de la médecine, de la mobilité, de l’environnement, des voyages spatiaux…

À la sortie, une "expérience immersive" développée par l’entreprise EVS sera proposée. Mais de l’emprise exercée par l’intelligence artificielle aux projets d’un cerveau humain augmenté en passant par l’éternel retour de l’eugénisme, les interrogations suscitées par certaines innovations ou leurs usages possibles ne seront heureusement pas oubliées.P.V.

Rens. : www.europaexpo.be.