Gazette de Liége Lancé en 2004, le Cefaly développé par la société liégeoise éponyme a la cote.

C’est l’histoire d’une success-story liégeoise, comparable à d’autres cas emblématiques tels que Mithra ou EVS. Cefaly Technology, connue au départ sous l’appellation STX-Med (une start-up qui avait pour mission la recherche et l’innovation dans le domaine de l’électronique et de la bio-électronique), fait aussi figure de pépite. Créée dès 2004 par les docteurs Pierre-Yves Muller et Pierre-François Rigaux dans le giron de l’incubateur wallon des sciences de l’ingénieur WSL, la société liégeoise a fait un bon bout de chemin depuis lors. En effet, lancé l’année suivante, le projet dénommé Cefaly du nom de ce dispositif innovant de neurostimulation crânienne externe (soit de façon non-invasive contrairement à ce qui existait) a contribué à faire sa renommée.

Un produit-phare

Ainsi donc, le produit-phare développé et commercialisé par la société éponyme, lequel vise le traitement et la prévention des migraines et autres céphalées, fit l’objet comme il se doit d’une série de recherches techniques et cliniques. Lesquelles ont permis une mise sur le marché dès 2008 dans la foulée des certifications de la technologie et en parallèle au lancement de nouveaux projets de recherche. En outre, au travers de plusieurs études cliniques menées en collaboration avec différents centres universitaires dont celle intitulée Premice (ses résultats ont été divulgués en 2011), l’efficacité et la sécurité du Cefaly sont prouvés en ce qui concerne son effet sédatif et pour ce qui est de la prévention des migraines.

Outre sa présence sur le marché belge, Cefaly Technology enregistre ensuite ses premiers résultats positifs à l’exportation, qu’il s’agisse de la France, de l’Allemagne, de l’Italie ou encore de l’Angleterre et du Danemark. La société basée à l’origine au Sart Tilman et qui a émigré vers les Hauts-Sarts puis le zoning de Grâce-Hollogne est la seule à participer depuis 2013 au projet européen sur la migraine baptisé EuroHeadPain et qui réunit onze centres de recherche. Sa croissance se poursuit sans discontinuer les années suivantes avec une arrivée tant sur le marché américain où elle dispose des autorisations requises et où elle a ouvert une filiale en 2015 (laquelle vient d’être considérablement renforcée) que sur d’autres continents (en Arabie Saoudite, au Brésil, en Scandinavie mais aussi plus récemment à Taiwan, en Chine et au Japon où elle a signé de juteux contrats).

Pour ses dix ans fêtés en 2014, Cefaly Technology affichait un chiffre d’affaires proche des cinq millions d’euros. Lequel n’a cessé de croître depuis lors (jusqu’à cette année 2017 qui a démarré en trombe) tout comme le nombre de collaborateurs de la société, soit 30 personnes à l’heure actuelle. Alors qu’elle entreprend selon les dires de son CEO "un véritable changement d’échelle", élargissant le spectre de ses activités aux patients comateux, elle s’apprête à déménager d’ici l’été au sein de nouveaux locaux flambant neufs situés au Sart Tilman.