Gazette de Liége

L’USC de Grâce-Hollogne a été mise vendredi sous tutelle par le comité fédéral du PS Liégeois, seule instance habilitée à prendre une telle mesure.

Pourquoi ? Parce que la constitution de la liste est un véritable casse-tête. En 2015, la section de Grâce-Berleur désignait son candidat tête de liste, Manu Dony, celui-ci s’offrant ainsi une voie royale comme candidat bourgmestre mais, à l’automne dernier, Maurice Mottard, qui ne pensait pas se représenter, a décidé de briguer également le poste de bourgmestre sans pour autant remettre en cause la décision de la section de Berleur. Il a même proposé aux instances du parti de positionner Manu Dony en première position et lui-même en troisième place…

Et c’est surtout entre ces deux sièges que cela coince. Maurice Mottard a proposé Angela Quaranta mais a aussi émis l’idée de déplacer Déborah Colombini vers la province. Pourquoi ? "Parce qu’il n’est pas très éthique, même si ce n’est pas illégal, de retrouver sur une même liste deux personnes qui vivent ensemble (NdlR : sans être mariées) ", explique Maurice Mottard.

Décryptage… Au cours de cette mandature, et ce n’est un secret pour personne, Manu Dony et Déborah Colombini se sont fortement rapprochés. Partant du principe que deux membres d’une même famille ne peuvent siéger au sein de la haute assemblée communale, le bourgmestre en titre souhaite appliquer la même mesure. Mais cela fait grincer des dents.

Le collège de tutelle, composé de Marie-Claire Lambert, Frédéric Daerden et Pierre Étienne, dispose de trois mois pour désamorcer la bombe. "Restons calmes mais le temps perdu ne se rattrape jamais."

En cas d’échec, le bourgmestre en titre n’exclut pas de créer sa propre liste…

Vent de tempête sur la majorité absolue socialiste…