Gazette de Liége

Au 18e siècle, dans le calme de l'abbaye de Val Dieu, un moine rassemble consciencieusement une magnifique collection d'estampes sur des sujets très divers. Servais Duriau (1701-1775) accomplit son travail avec toujours à l'esprit, la volonté d'informer le mieux possible les membres de la communauté grâce à une sorte d'encyclopédie par l'image. Quand il meurt, la collection est estimée à plus ou moins 25 000 pièces. En 1897, l'abbaye de Val Dieu reçoit un legs d'un mécène liégeois, le chanoine, Nicolas Henrotte (1811-1897). Ce legs est extrêmement important et, en s'ajoutant à la collection Duriau, il porte le nombre de pièces entre 60 000 et 80 000 ! Les estampes sont réunies dans des grands albums thématiques.

Il semble bien qu'au cours des siècles, la conservation de ce véritable trésor n'a pas été remarquablement rigoureuse. Les collections seront l'objet de ventes, de prêts, de dispersions, de dégradations. En 2001, la communauté monastique, ou plutôt ce qu'il en reste (trois ou quatre moines), est supprimée, mettant fin à une présence de plus de huit siècles sur le plateau de Herve. Le Trésor de la cathédrale devient dépositaire général du patrimoine artistique du monastère. En août 2000, le conservateur du Trésor de la cathédrale, Philippe Georges et sa collègue Françoise Pirenne, se rendent au monastère. Il y règne un désordre indescriptible, les cellules pleines de livres non répertoriés, la bibliothèque bouleversée, tout est mélangé dans des cartons, parfois moisis, dont les inscriptions ne correspondent pas au contenu. Tout est plein de poussière, les poubelles n'ont pas été vidées.

L'Abbesse de l'abbaye de la Paix Notre Dame à Liège, nommée administrateur-délégué de l'asbl Val Dieu, charge officiellement le Trésor de la cathédrale d'inventorier le tout.

Le travail de déménagement du Val Dieu au Trésor s'échelonne de mars 2001 à mai 2002. L'ensemble est réparti entre le Séminaire, les Archives de l'Etat, l'Université et le Trésor. En 2004, un jeune liégeois, Jean-Louis Postula, défend brillamment son mémoire de licence en histoire consacré à Servais Duriau.

Peu après, Freddy Joris, administrateur général de l'Institut du Patrimoine Wallon, confie au jeune homme la réalisation d'un livre consacré au patrimoine wallon se trouvant dans les collections de l'ancienne abbaye de Val Dieu. Et c'est un magnifique album (1) que je recommande, non seulement pour la beauté des illustrations : reproductions d'estampes confrontées à des photos des sites et monuments actuels mais aussi pour l'intérêt des informations et des commentaires qui les accompagnent.

Pour Liège, on retient le château de Waroux, le château de Huy, l'ancienne commanderie de l'Ordre teutonique à Liège, le bâtiment central de l'Université, l'hôtel de ville, le théâtre royal, la fontaine du Pouhon à Spa, le château de Franchimont à Theux, la ville haute de Limbourg, la ville de Malmedy, le château des Mazures à Pepinster. Pour voir l'état actuel du sujet de l'estampe proposée ici en illustration : http://liege-photos.skynetblogs.be (attention, pas de www) et cliquer sur Pierreuse dans la liste de catégories proposées.

(1) "Le patrimoine wallon en estampes". Jean-Louis Postulat. Editions Institut du Patrimoine. 24 X 30cm. 24 euros.