Gazette de Liége L’espace de même que la corporation viennent de voir le jour à la Design Station Wallonia.

A l’initiative de Job’in Design, soit l’incubateur pour designers et créateurs de mode, la Clairière a élu domicile au deuxième étage de la Design Station Wallonia, le nouveau centre wallon du design situé à deux pas de la gare des Guillemins. Bien plus qu’un lieu, il s’agit d’une véritable corporation de designers et de créateurs Liégeois - mais aussi wallons. Celle-ci a pour vocation d’encourager la rencontre de designers, quelle que soit leur discipline (mode, peinture, photographie…) à travers des activités conviviales et créatives, des espaces de travail collaboratif, etc. A travers des échanges et partages d’expérience, cette confrérie de designers entend générer l’inspiration et l’innovation mais aussi encourager l’esprit d’entreprendre.

Outre un espace de coworking, la corporation met à disposition de ses membres des ateliers, des groupes de conversation en langue étrangère, des sorties culturelles, des expositions, un laboratoire de vente ainsi que des moments de détente. Gérée par le comité de direction de Job’in et des designers qui se partagent les locaux, la Clairière accueille "les designers-entrepreneurs actifs souhaitant partager leur savoir, s’enrichir de rencontres, de contacts et participer à un projet collectif dans le but de faire grandir leur entreprise", explique François Dubois, responsable de Job’in Design dont l’équipe composée de quatre personnes accompagne 120 designers chaque année depuis l’idée jusqu’à la concrétisation du projet. "On s’est rendu compte qu’en plus du soutien qu’on leur apportait, ils avaient besoin d’un réseau, d’une corporation pour se rencontrer, échanger…", précise le responsable.

En tout, une quarantaine d’artistes sont membres de la corporation. Curieux, travailleur occasionnel ou à la recherche d’un bureau permanent, la Clairière propose différentes formules aux designers (de la journée à l’année) souhaitant investir les lieux. Pour un jour ou une activité, le designer "promeneur" payera ainsi quinze euros alors que le "baroudeur" se verra offrir une formule complète contre cent euros par mois.

Un lieu polyvalent

"Ici on est au Bivouac, c’est un endroit idéal pour faire des conférences de presse, faire des réunions, des interviews, inviter les clients ou se rencontrer entre designers… Il est fait avec des meubles modulables par Design with genius, on peut donc créer une ambiance adaptée à ce qu’on cherche. Là-bas il y a aussi des postes de travail individuels avec téléphone, une cuisine, des tables pour le travail en groupe, des espaces de réunions formels ou informels", présente au cours d’une visite la créatrice Assia Kara, membre de la corporation qui a lancé en mars dernier une ligne de vêtements spécifiques pour des festivals (Tricksters). "Il y a des ambiances différentes pour que chaque designer trouve ce dont il a besoin : comptabilité, échange d’idées, création… C’est un endroit où on peut souffler, se détendre et où les rencontres peuvent se faire". La corporation héberge également des artistes comme Romina Di Gregorio, peintre canin dans un style haut en couleur (ArtyDog) ou Idrisse Hidara, photographe culinaire, qui trouvent tous deux au sein de la structure aide et services.

A noter que du 19 au 26 octobre prochains, la Clairière accueillera l’expo-vente "l’Artiste et le Designer". A cette occasion, huit exposants présenteront leurs œuvres sur la frontière non toujours distincte entre créateur et designer. Chaque exposant proposera son interprétation de la coexistence de ces deux notions.