Gazette de Liége

Qu’est ce qu’il fait - et fera encore - débat, ce dossier de l’aménagement du quartier des Guillemins ! Il ne se passe en effet pas un jour sans une déclaration incendiaire de l’un ou l’autre ou sans une réaction en sens inverse.

Alors que ce lundi, les différents groupes politiques se sont exprimés sur le sujet à l’occasion du Conseil communal, c’était donc au tour des riverains de s’insurger ce jeudi. La principale raison de leur colère consiste en la soixantaine de nouvelles expropriations qu’entraînerait une modification du Périmètre de remembrement urbain (PRU) et à laquelle le bourgmestre PS Willy Demeyer s’était déclaré favorable.

Ce jeudi, le maïeur liégeois et l’échevin CDH de l’Urbanisme Michel Firket, futurs membres de la Société de développement de Liège-Guillemins (SDLG), ont fait le point sur ce dossier pour le moins brûlant.

"Toute notre réflexion est basée sur le PRU qui est le document de référence", rappelle Michel Firket. Et l’échevin de l’Urbanisme de confirmer l’intention envisagée de reculer le front bâti de la rue Paradis de plusieurs mètres, ce qui implique la destruction des bâtiments concernés, "mais pas au-delà".

Pour réaliser cela, une modification du PRU est donc nécessaire après qu’une étude de faisabilité ait été réalisée sur le sujet. "Ce qui motive la Ville, c’est le passage du tram ainsi que la volonté d’élargir l’espace public", souligne Willy Demeyer. Appel doit selon lui maintenant être fait au secteur privé afin de financer le coût de ces expropriations.

Pour l’échevin de l’Urbanisme, "ce choix est le résultat d’un compromis avec les autres partenaires que sont la Région et la SNCB et qui a permis à la Ville d’asseoir son PRU". La discussion promet d’être rude mais la Ville entend en tout cas aller vite et, comme le dit Michel Firket, "fixer rapidement les habitants du quartier".