Gazette de Liége Liège Le dossier revient ce lundi soir au Conseil communal et une action transversale est envisagée.

La Chartreuse, du nom de ce fort hollandais abandonné depuis de longues années ou encore de ce vaste espace vert liégeois dont une large partie est la propriété de la Ville de Liège, laquelle s’attelle à l’entretenir à y créer différents sentiers pédestres. Cet ancien site militaire, anciennement propriété de la Défense nationale et divisé en plusieurs lots suite au départ de cette dernière, a donc été aménagé en parc, et ce sur plus de 15 hectares qui sont vierges de tout projet d’urbanisation. Ce n’est toutefois pas le cas de l’ensemble des lots concernés puisque l’un d’entre eux a été acquis par la société Matexi tandis qu’un autre l’a été à la même époque par un autre promoteur privé, plus obscur, à savoir Immo Chartreuse. Et si les choses ont pour le moins tardé, urbanistiquement parlant, la première société citée a présenté à l’automne dernier une demande de permis d’urbanisme relative à la construction d’un grand nombre de logements le long du Thier de la Chartreuse. Laquelle demande fut rapidement retirée au vu de l’importante opposition citoyenne au projet en question, s’étant structurée depuis lors sous l’appellation "Un air de Chartreuse", et de la prise de position de la Ville sur le sujet.

On le voit, depuis l’adoption il y a près de dix ans déjà d’un règlement urbanistique censé définir les grandes orientations du futur du site, la Chartreuse suscite l’intérêt des promoteurs privés et fait l’objet d’une attention des pouvoirs publics. Ce qui n’a toutefois pas empêché un certain nombre d’événements inappropriés de s’y dérouler et diverses dégradations d’y être commises dont des vols récents de monuments. S’il est clair que l’importance de l’espace dont il est question en l’espèce rend impossible une surveillance et une sécurisation permanentes, des voix se sont élevées afin que la Ville puisse ramener l’ordre nécessaire. C’est ainsi qu’alors même que le dossier revient ce lundi soir à l’ordre du jour du Conseil communal de Liège, et ce par le biais d’une motion déposée par le conseiller Quentin le Bussy (Ecolo) visant à préserver et à mettre en valeur le site de la Chartreuse, on apprend qu’une action transversale en la matière est désormais envisagée par la Ville.

Des mesures de sécurité nécessaires

"Il est indispensable de prendre des mesures de sécurité, particulièrement pour la zone du fort", souligne l’échevin liégeois de l’Urbanisme Jean-Pierre Hupkens (PS). Et celui-ci d’affirmer que des mises en demeure voire des mesures d’office aux frais du propriétaire Immo Chartreuse font partie du dispositif. En effet, ce dernier est pour ainsi dire aux abonnés absents sur le site tandis que Matexi projette de son côté de déposer une nouvelle demande de permis d’urbanisme. Ce projet, soumis à une étude d’incidences sur l’environnement, vient de faire l’objet d’une réunion d’information publique. "Les options prises en 2008 doivent être adaptées au vu des évolutions intervenues depuis lors afin de proposer une urbanisation plus légère", estime Jean-Pierre Hupkens, disant en outre qu’il convient d’intégrer dans la réflexion les questions liées à la mobilité et à l’accessibilité. Enfin, ce dernier suggère également la reconnaissance de la Chartreuse en Sar (Site à réaménager) afin de solliciter des subsides régionaux et de mener une procédure d’expropriation publique. "L’objectif étant de sortir de l’immobilisme dans lequel nous place Immo Chartreuse et d’avancer dans une réhabilitation du fort et de ses abords immédiats".