Gazette de Liége Un nouveau bureau est en place depuis le 1er août. Entretien avec son président Bernard Piette.

"Servir et non se servir" : telle est la devise, dont ferait bien également de se réclamer l’ensemble de nos édiles politiques - diront sans nul doute les mauvaises langues -, qui sert de boussole au travail des membres du Corps consulaire de la province de Liège. Un travail souvent méconnu car se déroulant pour l’essentiel dans l’ombre, lequel gagne pourtant à être connu et qu’il convient donc de faire davantage savoir. C’est en tout cas la volonté exprimée par celui qui est depuis peu le nouveau président de cette association de fait, fondée il y a désormais plus de cent ans sous le nom de Cercle consulaire de Liège. Laquelle, dont l’appellation actuelle date de 1973, est conçue par ce dernier comme "une vitrine ouverte sur le monde", censée mettre en avant la diversité et le dynamisme de ceux qui font le pays de Liège.

Une évolution importante ces dernières années

Ainsi qu’évoqué par Bernard Piette, consul général honoraire des Pays-Bas tant pour la province de Liège que pour celles de Namur et de Luxembourg mais aussi nouveau président du Corps consulaire liégeois, la volonté d’ouverture au monde est ici prédominante. De même selon ce dernier que celle visant pour les consuls en poste à Liège à apporter leur contribution à son rayonnement international comme on a par exemple pu le voir récemment lors de la campagne de candidature de la Ville en vue d’accueillir l’Exposition internationale. Il s’agit également pour le Corps consulaire de la province de Liège, lequel compte encore une cinquantaine de membres dont une quarantaine sont honoraires (en faisant à cet égard le deuxième des six corps consulaires belges), de s’adapter à l’évolution importante constatée ces dernières années en ce qui concerne la représentation diplomatique des pays étrangers en terres liégeoises.