Gazette de Liége

Accusé de faux, usage de faux et de détournement d'armes, il nie les faits.

Ce lundi matin, le parquet de Liège confirmait les perquisitions menées jeudi dernier au banc d'épreuves des armes de Liège. Au coeur du scandale : le directeur du banc lui-même, Jean-Luc Stassen, est accusé d'avoir revendu les armes saisies. 

De retour de vacances, il a été entendu ce mardi matin. Suite à son audition et bien qu'il nie les faits, l'homme a été placé sous mandat d'arrêt.

Jeudi dernier, des perquisitions ont donc été menées au banc d'épreuves, rue Fond des Tawes ainsi qu'au domicile du suspect... c'est une enquête policière qui a permis de mettre au jour certains éléments troublants. 

Au total, on parle d'un détournement de 260 armes et les perquisitions menées jusqu'à ce jour ont permis de mettre la main sur une seule arme. Pour rappel, le banc d'épreuves a notamment pour mission de détruire les armes saisies lors de jugements.

Le directeur a été placé sous mandat d'arrêt pour détournement d'armes, faux et usage de faux.