Gazette de Liége

Pression Parti de rien il y a trois ans, alors que son fondateur Marcel Florani avait sué sang et eau pour recueillir les 500 signatures requises, le Parti des pensionnés et des retraités (PPR) avait obtenu, aux élections fédérales du 13 juin 2010, le score très honorable de 1,1 % dans la circonscription de Liège, avec six candidat(e) s seulement. Et pourtant, ce scrutin anticipé avait pris tout le monde de court. De quoi donner l’envie de recommencer même s’il en coûte.

"On voudrait bien se présenter dans toutes les communes de la province, nous dit le responsable, indépendant embourien. On essaye de se prolonger, mais c’est un travail infernal de présenter des listes. Je compte déléguer au maximum". Très courtisé dans sa commune, par la majorité comme par l’opposition qui lui ont proposé une place sur leur liste, Marcel Florani n’espère évidemment pas ramasser les échevinats à la pelle au lendemain du 14 octobre prochain ! C’est bien davantage pour l’équité qu’il entend se battre : "Le seul problème, c’est qu’un homme reste un homme. Je ne vois pas pourquoi il doit y avoir une différence de pension entre Monsieur Flahaut et un ouvrier". Au programme du PPR, une pension minimum pour tous de 1250 euros, non fiscalisée.

La matière, il est vrai, n’incombe pas aux niveaux de pouvoir communal et provincial "Mais nous sommes seulement un groupe de pression pour avoir plus de justice, précise notre interlocuteur. Si on ne fait pas les communales, on va nous oublier". P.V.