Gazette de Liége Société La coopérative "Vin du Pays de Herve" lance un appel aux coopérateurs.

Avec plus de 13 hectares de vignes plantées à Heure-le-Romain (Oupeye), plus de 2000 coopérateurs et trois millions d’euros de capital, la coopérative Vin de Liège connaît un franc succès. Ses vins - d’ailleurs fréquemment en rupture de stock - se vendent comme des petits pains tant auprès du public amateur de bons vins que de grandes tables belges. Sous l’initiative de Fabrice Collignon, c’est en 2010 que la coopérative s’était lancé le pari de faire du vin en bords de Meuse. Un pari réussi donc et qui fait aujourd’hui des émules.

Lui-même coopérateur de Vin de Liège et ami de Fabrice Collignon, un Hervien ambitionne à son tour de créer un domaine viticole mais cette fois dans le Pays de Herve. S’inspirant de l’initiative liégeoise, celui qui fait partie d’un club d’œnologique et qui a suivi quelques formations en la matière dit souhaiter y produire "un vin de qualité en respectant l’environnement et l’ensemble des parties prenantes", qui viendrait compléter les nombreux produits de bouche du Pays de Herve. "J’ai commencé à parler de cette idée avec Vin de Liège en mars l’an dernier. Je leur ai demandé si c’était possible. Ils m’ont répondu que non seulement c’était possible mais qu’une de leur valeur était de susciter des émules. Avec leur aide et leur soutien technique, j’ai pu mettre sur pied le projet", explique Michel Schoonbroodt, initiateur de Vin du Pays de Herve qui précise qu’il s’agit là d’une nouvelle entité indépendante avec de nouveaux coopérateurs "même si certains sont les mêmes".

Objectif : un million d’euros de capital

Le petit frère du Vin de Liège a ainsi vu le jour en septembre dernier. Constitué en société coopérative à responsabilité limitée et à finalité sociale (SCRLFS), il a déjà récolté 200 000 euros auprès de coopérateurs via un crowdfunding lancé début octobre. "L’objectif est d’atteindre un million d’euros et de cultiver 10 hectares de vignes. Nous allons planter en avril 2018 deux à trois premiers hectares, cela va dépendre de la levée de capital, souligne le fondateur. Les premiers hectares seront situés à l’entrée d’Aubel, en allant vers l’Abbaye du Val-Dieu, dans la vallée de la Berwinne. Pour les suivants, nous avons d’autres endroits envisagés : Thimister-Clermont, Charneux, Bolland…". Et d’ajouter : "C’est sur base d’une étude réalisée en 2015 par Vincent Dienst, bioingénieur œnologue, sur le potentiel viticole wallon que nous avons déterminé les parcelles propres à la culture de la vigne. Il a fallu prendre en compte la pluviométrie, l’altitude, la luminosité, la composition du sol qui doit être drainant, caillouteux, schisteux…". Pour ce vin hervien, il est prévu d’utiliser des plantations de cépages résistants et de se tourner vers une viticulture biologique.

Outre la plantation vignes, la coopérative, qui entend adopter un mode de gestion transparent, prévoit par ailleurs de construire un chai sur un terrain d’un hectare, entre avril 2018 et avril 2022. Ce lieu sera destiné à la vinification et au stockage. Il accueillera également le magasin et servira "de lieu de rassemblement, de dégustation" - avec des visites touristiques -, et de formation. "On souhaite mener le projet de la vigne à la bouteille", insiste le Hervien qui prévoit de produire un vin effervescent et blanc avant de se consacrer au rouge par la suite.

Pour mener à bien ce projet viticole, un appel aux coopérateurs est en cours. La valeur d’une part s’élève à 500 euros avec un maximum de 10 parts. "Les premiers fonds seront consacrés à la vigne et au matériel agricole".Aude Quinet