Gazette de Liége

C'est en 1961, le 23 juin exactement, que le parc des Hauts-Sarts voit le jour. Cette année-là, ce ne sont pas moins de 166, 83 ha qui sont acquis par des entreprises pour installer leur activité dans une zone plus que propice à l'activité économique.

Et depuis, plusieurs extensions ont marqué l'histoire du parc. En 1963, il s'étendait de 23 ha, en 1969 de 70 ha, de 166 ha en 1972 et de 4 ha en 1974.

Aujourd'hui, il affiche 450 ha en tout, ce qui en fait le plus grand parc wallon en terme de superficie - sur les 220 qui existent au Sud du pays -, sans compter la zone importante qui pourrait se développer vers le nord (49 ha) ni l'extension prévue par le "Plan prioritaire bis" de la Région wallonne (lire ci-dessus).

En quelques chiffres (statistiques Spi +), la zone occupe 309 entreprises, l'équivalent de 8237 emplois. En 1999, la zone occupait 6670 emplois, 1500 de moins.

Ce sont dans les secteurs de l'industrie manufacturière (3420 emplois pour 89 entreprises), dans le commerce de gros et de détail (1160 emplois pour 82 entreprises) et dans l'immobilier, la location et les services aux entreprises (1841 emplois pour 54 sociétés) que les Hauts-Sarts sont le mieux représentés.

Grand, le parc l'est, libre, c'est moins sûr... "Il reste 14 ha de libre dans le parc qui est saturé à près de 96 pc, mais virtuellement, il est déjà plein", remarque ce statisticien de la Spi +.

Quant aux 49 ha ? Presque saturés aussi tant les demandes sont pressantes : "En province de Liège, il reste 304 ha de libres pour lesquels il y a 198 entreprises en attente".

Autant dire que la déception fut grande lorsque les 450 ha ont été annoncés par le cabinet Antoine... Il faudra désormais bien répartir les terrains. "Pour le moment, nous proposons d'autres zones aux entreprises intéressées par les Hauts-Sarts, celle de Villers-le-Bouillet par exemple".

En 2006, la Spi + a vendu plus de 63.000 m2 et en 2007, plus de 169.000 m2.