Gazette de Liége 17-23 octobre 1918 Ce soir 18 octobre, le canon a tonné toute la soirée.

Issu d’une lignée de commerçants et commerçant lui-même, Henri Jamin témoigne dans ses carnets de la vie à Liège durant les années 1914-18.

Le public est heureux des succès militaires mais le plaisir de la victoire de nos alliés est gâté par les appréhensions croissantes quant au sort de la Belgique. Il y a aussi la crainte de tous les parents, épouses, sœurs, fiancées des soldats belges au front ; c’est que les terribles combats ne se font pas sans qu’il y ait des morts et des blessés. Ce soir 18 octobre, le canon a tonné toute la soirée d’une manière formidable. Toute la ville tremblait ; ce doit être un combat de marines.

Mardi 23 octobre, paraît ce jour (voir Télégraphe) la réponse de l’Allemagne à Wilson. Elle fait des excuses pour les exactions commises sur terre et sur mer ces jours derniers. L’état-major a donné des ordres, en évacuant les villes, de ne plus brûler ni piller. Il ne sera fait que les dégâts nécessaires pour raisons militaires. Elle s’en remet à Wilson pour l’armistice. Elle assure que c’est bien avec le peuple allemand que les Alliés sont en rapport. On attend maintenant la réponse de Wilson…

La guerre continue acharnée : en Flandre, les Belges ont repris Bruges, Courtrai, Ecloo. Ils sont arrêtés à l’Escaut. La résistance est plus forte et plus facile chez les Allemands. En France, les Allemands reculent toujours mais ces jours-ci, ils n’ont plus abandonné de terrain aussi facilement. Il y a certains points du front où ils sont très résistants. L’Autriche-Hongrie marche à son démembrement complet : on s’attend à la voir abdiquer. Le pays et les différentes races qui le composent ne veulent plus se battre. Hongrie, Bohème, Slavonie, Ukraine, Pologne etc. demandent leur autonomie.

La Turquie est complètement hors de combat. On n’en parle plus. Les Alliés font des combats qui, par Andrinople, pourraient très prochainement les mettre en possession de Constantinople. La Serbie est à présent complètement reprise par les Serbes et les Français. La Bulgarie est aux mains des Alliés. Bref, sur tous les points, en politique comme en armes, les Alliés sont vainqueurs.