Gazette de Liége

Le CA de l'Opérateur de Transport de Wallonie a attribué le marché ce mercredi

Nous l'annoncions le 19 septembre dernier, le tram liégeois sera finalement espagnol. En effet, le conseil d'administration de l'OTW, le nouvel Opérateur de Transport de Wallonie qui regroupe les cinq TEC et l'ex-SRWT, s'était réuni pour désigner le constructeur du tram liégeois. À la surprise générale, c'est le groupe espagnol CAF ( Constructiones Auxiliar de Ferocariles) qui avait emporté le marché. Et en sa séance du 28 novembre, le Conseil d’Administration de l’OTW a bien attribué le marché du tram de Liège au Consortium Tram'Ardent. "Le CA a par ailleurs donné mandat à l’Administrateur Général de l’OTW afin de procéder à la signature du contrat et de ses annexes qui ne pourra se faire qu'après la période de standstill de 15 jours qui commence dès le lendemain de l’attribution", a-t-on indiqué au Tec wallon. "S’en suivra une présentation du projet à la presse en présence des acteurs clés du dossier".

Quant à Mobiliège 2.0 (le grand perdant) il recevra une indemnité compensatoire de 1.600.000€.

Dans ses missions Tram’Ardent sera en charge de : la construction du réseau électrifié entre Sclessin et Coronmeuse, en ce compris les systèmes complémentaires comme les carrefours ; la fourniture du matériel roulant ; la création et la gestion du centre de maintenance et de remisage à Bressoux pour l’hébergement des rames à l’arrêt et des activités de maintenance. Le poste de commande central y sera également implanté ; l’intégration du matériel billettique du TEC ; l’aménagement des espaces urbains connexes à la ligne représentant 240.000 m² sur l’ensemble du tracé et favorisant la mobilité douce ; la maintenance pendant toute la durée du contrat.

L’exploitation de la ligne est quant à elle du ressort du TEC.

À Liège, le tram, qui devrait être mis en service en 2022 (chantier lancé dès les premiers mois de 2019), desservira 21 stations réparties sur un tracé sur 11,7km dont 90% seront « en site propre », c'est-à-dire ne partageant pas l'espace avec les voitures. Il débouchera également sur le triangle multimodal formé par la gare ferroviaire et TGV des Guillemins, la station de tram et de bus TEC.

Le tram liégeois, avec une vingtaine de rames, se présente comme "une véritable colonne vertébrale de transport, connectée à un parking de relais de plus de 900 places, au centre historique et autres bassins de vie de la ville, aux voies lentes et piétonnes. L’ensemble de l’offre bus sera réorganisée autour de ce maillon central de l’offre de mobilité aux clients".