Gazette de Liége

Lors d’un précédent Conseil communal, la conseillère Diana Nikolic (MR) a interpellé l’échevin de la Jeunesse, Fouad Chamas (PS), sur la politique de la Ville en matière de Maisons de jeunes. L’occasion de traiter publiquement d’un sujet dont on parle relativement peu et permettant aussi à l’échevin Chamas de s’exprimer sur l’une de ses attributions scabinales. Une attribution importante qui lui permet, selon ses dires, de "côtoyer des jeunes issus des différents quartiers liégeois".

Pour Fouad Chamas, les dix-huit Maisons de jeunes (MJ) que compte la Ville ont "un rôle considérable dans la vie des quartiers", une utilité que ne remet pas en cause Diana Nikolic. Pour rappel, les MJ ont pour objectif de "favoriser le développement d’une citoyenneté critique, active et responsable, principalement chez les jeunes de 12 à 26 ans, par une prise de conscience et une connaissance des réalités de la société [ ]". Et Diana Nikolic de déplorer qu’"en termes de citoyenneté active et responsable, l’exemple ne vient pas toujours d’en haut" et que "certains CA de MJ sont désertés par les représentants de la Ville".

Outre cet aspect, ce qui est également interpellant pour la conseillère libérale, c’est ce qu’elle qualifie de "sous-représentation féminine dans les MJ et ce tant au niveau des jeunes que des équipes d’animation". "Certains efforts vont en ce sens mais les activités sont encore trop souvent cloisonnées par sexe", affirme ainsi cette dernière qui s’interroge donc sur la politique d’ouverture et de mixité de la Ville de Liège en la matière.

De son côté, l’échevin Chamas assure que "l’échevinat, le service Jeunesse de la Ville et les équipes éducatives mettent tout en œuvre pour que les activités et projets soient suivis par un public mixte" et que "les différents partenaires tentent de trouver des solutions concrètes à la problématique de la mixité dans les Maisons de jeunes", reconnaissant par là même qu’il y a un problème.

Les MJ sont de deux types, soit communales (au nombre de 11 sur le territoire de la Ville), lesquelles sont subsidiées à 100 % par les autorités communales, soit volontaires, c’est-à-dire d’initiative privée mais recevant une dotation équivalant à 50 % de leurs frais d’occupation.

Pour le reste, lors de ce Conseil, Fouad Chamas a tenu à rappeler que la Ville soutient financièrement les 18 MJ par une subvention annuelle de 244000 euros et qu’une somme de plus d’un million d’euros sera investie en 2010 dans les Maisons de jeunes de Bressoux, Glain et du Thier-à-Liège.