Gazette de Liége Le projet Novês Vîs se veut une alternative aux maisons de repos classiques.

Voici deux ans qu’un groupe de retraités, au départ six, et bientôt douze, réfléchit à une alternative aux structures d’hébergement traditionnelles pour personnes âgées (maisons de repos, résidences-services…). Une solution nouvelle au vieillissement qui permettrait aux aînés de conserver le plus longtemps possible leur autonomie et leur dignité dans un habitat groupé, géré par ses habitants, grâce à la solidarité des pairs.

"On se connaît tous depuis des années, nous explique Geneviève Culot, membre du projet Novês Vîs - pour "nouveaux vieux" en wallon. L’âge est là et le constat était que nous ne voulions pas entrer en maison de repos où l’on perd son autonomie. On nous lève à une heure, on nous met au lit à telle heure… Vous ne vous appartenez plus. Ce sont des mouroirs…". Par ailleurs, "on a vécu cette situation avec nos mères, c’est une marchandisation de la personne vieillissante, nous n’avons pas envie de finir comme ça", poursuit-elle. "Et surtout, ça coûte très cher, on ne sait pas tous se payer une place en maison de repos."

Autant de critères qui ont donné l’idée à ce groupe de retraités proactifs de créer un projet novateur solidaire. "C’est une nouvelle manière de réfléchir au vieillissement de la population, précise la retraitée. Un projet de société où l’être humain continue à être au centre des services et non l’argent". C’est la raison pour laquelle "nous avons aussi choisi d’inscrire notre projet dans un projet de société plus global en rejoignant la coopérative Novacitis d’économie sociale, qui se veut une alternative au modèle économique actuel en créant un écosystème social et solidaire". Les valeurs de solidarité, de citoyenneté, de libre choix, d’humour et d’écologie font partie des piliers du projet.

L’entraide entre habitants

Concrètement, avec le soutien de Novacitis, l’idée est de construire, rue des Vennes 65, non loin d’une maison médicale, un bâtiment durable de onze appartements (avec balcon) de 55 à 90 m2 selon que la personne soit seule ou en couple, sur trois étages.

"Nous serions locataires de notre appartement et à la fois coopérateurs de Novacitis car nous voulons aussi être acteurs de notre vie", souligne Geneviève Culot. Des coursives intérieures permettraient une connexion entre les logements tandis que le rez-de-chaussée contiendrait les parties communes (salle commune, chambre d’ami, buanderie…), favorisant les rencontres - l’objectif étant également de rompre la solitude de la personne vieillissante. L’espace accueillerait également un magasin d’alimentation locale biologique tenu par la coopérative à finalité sociale Les petits producteurs.

En extérieur, des vélos et véhicules partagés ainsi que des potagers privatifs et collectifs seraient prévus.

"L’idée est que l’on soit quinze ou seize maximum", spécifie la retraitée. La priorité sera donnée aux personnes de 60 ans et plus "sur une base volontaire". Au sein du bâtiment, l’esprit de Novês Vîs veut que les habitants s’entraident dans les actes de la vie quotidienne. "Cela peut être de conduire quelqu’un à la clinique, donner ses médicaments tous les matins, faire les courses, aller à la pharmacie…", détaille notre interlocutrice.

S’il est accepté par la Ville de Liège, le projet pourrait voir le jour et être opérationnel en 2022.