Gazette de Liége La volonté de la Ville est de le réparer le plus vite possible. Il devrait être fonctionnel en 2020.

C’est le conseiller d’opposition Sergio Taronna (PourHuy) qui s’est inquiété du devenir du téléphérique hutois. En se promenant, il s’est aperçu que la nouvelle signalisation de la Ville, toujours en cours de placement, reprenait le téléphérique. Il s’en est donc étonné… "Pourquoi ne pas avoir attendu que le téléphérique soit opérationnel ?", interroge-t-il, estimant perturbant pour des touristes de suivre le fléchage et de se retrouver devant un outil qui est hors service.

"C’est un choix que nous avons posé car le projet est bien sur les rails. Ne pas indiquer le téléphérique dans la nouvelle signalétique aurait pu laisser penser qu’on abandonnait le projet", explique Joseph George, l’échevin du Tourisme. Et la volonté du collège est d’avancer au plus vite. Si tout se passe comme prévu, les travaux de réparation du téléphérique devraient encore débuter dans le courant de l’année prochaine. "Le bureau est en train de rédiger le cahier des charges", poursuit l’échevin CDH.

Ensuite, le collège prendra connaissance du cahier des charges. Il s’agira alors de lancer le chantier. Il faudra donc encore attendre car comme il s’agit d’un marché européen, cela prendra un certain temps. Reste qu’en étant optimiste, la remise en service du téléphérique hutois pourrait avoir lieu en 2020.

C’est depuis le 6 avril 2012, date du tragique accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à deux personnes, que ce fleuron de l’offre touristique est à l’arrêt. Plutôt que de restaurer ce téléphérique à l’identique, la Ville a fait le choix de lancer une étude afin de l’adapter aux besoins d’un tourisme voulu intégré et moderne. Outre son intérêt touristique, il permettra aussi à plus long terme de mener les travaux de rénovation du fort.