Gazette de Liége
Vendredi en soirée, c'est à la grande surprise des riverains et des passants qu'un important périmètre de sécurité a été établi dans le centre-ville de Liège. Et ce aux alentours de l'Opéra, là même où Nathan et Mathias, deux jeunes gens d'origine française, résident dans des kots. Ces derniers, nés respectivement en 1994 et en 1998, sont étudiants au sein de l'école d'armurerie Léon Mignon.

Plus tôt dans la journée, ainsi qu'expliqué ce samedi par le magistrat de garde au parquet de Liège, c'est lors d'un banal contrôle routier que des armes démilitarisées ont été trouvées dans leur véhicule. Et ce après que les jeunes gens en question, lesquels sont en aveux sur les faits, les aient volées chez un ferrailleur de Seraing. Ce dernier n'est pas connu de la justice, tout comme d'ailleurs les deux étudiants, ce qui a été confirmé après des vérifications auprès des autorités françaises.

Lance-roquettes, obus, grenades, mitraillettes, carabine

Aux dires du parquet, le butin du vol est important puisqu'il est question de plusieurs lance-roquettes, d'un obus perforé mais aussi de plusieurs grenades fumigènes et d'un chargeur de munitions. Une fois les suspects interpellés et les armes saisies, des visites domiciliaires ont été menées par la police. Et si rien n'a été trouvé chez l'un des deux concernés, l'autre avait en sa possession d'autres armes dont plusieurs mitraillettes, une carabine et un chargeur. " Elles étaient aussi démilitarisées mais il n'avait pas d'autorisation pour les détenir", précise le magistrat de garde.

Le plus cocasse, si l'on peut dire, réside dans l'explication que ces derniers ont donné aux enquêteurs, à savoir qu'il s'agissait pour eux de décorer leurs kots avec lesdites armes... Après une nuit passée en cellule, les petits plaisantins ont été entendus par les autorités judiciaires, ces dernières excluant l'hypothèse d'un quelconque passage à l'acte. Ils ont été relâchés mais ils seront bientôt appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel.