Gazette de Liége

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), souhaite qu'un maximum de quartiers soient placés en zone 30 (où la vitesse est limitée à 30 km/h, ndlr), à l'instar de ce qui a été mis en oeuvre au Longdoz et à Bressoux-Droixhe. Il a ainsi chargé les services de police d'étudier la possibilité d'en faire de même sur l'ensemble des quartiers liégeois, a indiqué lundi l'intéressé, en réponse à une interpellation du PTB sur la qualité de l'air.

Selon le PTB, chaque Liégeois(e) aura respiré ce jour l'équivalent en particules fines de trois cigarettes. "L'application Shit, i Smoke! mesure la qualité de l'air via ses propres stations et à l'aide de la géolocalisation de votre smartphone. Elle convertit la pollution à l'intoxication liée au tabagisme, une cigarette représentant 22 µg/m3 (microgrammes par mètre cube) de particules fines. Ce chiffre n'est pas fantaisiste puisqu'il provient d'une étude récente de l'Université de Berkley", a précisé Sophie Lecron, cheffe de groupe PTB au conseil communal de Liège, ajoutant que la pollution de l'air y est moins bonne qu'à Namur (1,6 cigarette), Bruxelles (2,1 cigarettes) et Gand (2,3 cigarettes).

Sophie Lecron a poursuivi en précisant que ces particules fines sont issues des moteurs diesel, des résidus de combustion et des activités de transformation chimique. Elle a insisté sur leur nocivité pour la santé humaine, notamment chez les bambins qui peuvent souffrir de retards de croissance et développer des allergies ou de l'asthme.

L'échevin de l'Environnement, André Schroyen (cdH), a répondu pour sa part que l'Issep (Institut scientifique de service public) installera une troisième station de mesure rue du Vertbois, selon un calendrier qu'il a dit ne pas connaître. Il a ajouté qu'un dossier est en cours d'élaboration au niveau de la Région wallonne en vue de disposer dans les écoles des sondes destinées à analyser la qualité de l'air.