Gazette de Liége Le Pôle académique Liège-Luxembourg lance une vaste étude sur le logement étudiant, privé et public.

La province de Liège, avec son université et ses hautes écoles, dispose de nombreux logements étudiants sur son territoire. Appartements, chambres, kots en résidence ou plus "traditionnels", ou encore studios de luxe, qu’il s’agisse de grands complexes de sociétés immobilières ou de petits ensembles détenus par des particuliers, que ce soit individuel ou communautaire, tous les types de logement cohabitent. Les possibilités pour les étudiants locaux ou étrangers sont multiples tandis que la qualité des logements, le prix et le confort varient.

Mais finalement quel est le pourcentage d’étudiants koteurs ? L’offre de logement étudiant est-elle suffisante ? Les internats et les résidences universitaires répondent-ils aux besoins des étudiants ? Les loyers sont-ils trop élevés ? Les kots sont-ils suffisamment équipés ? Ce sont autant de questions auxquelles le Pôle académique Liège-Luxembourg s’apprête à trouver des réponses par la réalisation d’une vaste étude sur le logement étudiant - public comme privé - en province de Liège mais aussi du Luxembourg. Pour rappel, faisant partie d’un des cinq pôles créés en 2013 par le décret Paysage réorganisant le paysage de l’enseignement supérieur francophone, le Pôle académique Liège-Luxembourg fédère les 30 institutions d’enseignement supérieur sur les deux provinces. Son objectif ? Mettre les forces de ses membres en commun pour offrir des services de qualité aux 60 000 étudiants et aux 11 000 membres du personnel qu’il représente (information, aide à la réussite, formations, infrastructures, équipements, mobilité…).

"Les enjeux ne sont pas les mêmes d’un pôle à l’autre en termes de mobilité, de logement…, souligne Albert Corhay, recteur d’ULiège et coprésident du pôle. À Liège, les étudiants sont très mobiles, ils viennent en cours le matin et repartent chez eux le soir. Un quart seulement des étudiants logent en kot ou en résidence". "S’il y a de la demande et de l’offre, on souhaite que l’offre corresponde à la demande en termes de quantité, de qualité, de prix…", ajoute-t-il. Après avoir effectué un état des lieux de la situation, "se posera la question de savoir dans quelle mesure pouvons-nous agir, par quels moyens d’actions (investissements, labels….) afin d’offrir un logement de qualité aux étudiants".

Une enquête quantitative et qualitative

Alors que la dernière étude du genre date de 2001, cette nouvelle étude prévoit l’analyse de la situation dans l’ensemble des villes disposant d’un site d’enseignement (université ou haute école). Elle comprend "l’analyse du marché, les politiques institutionnelles du logement, la législation en matière de logement étudiant…", précise Aurélie Proietti, chargée de mission du pôle. Un des volets de cette étude comprend par ailleurs une enquête qualitative "effectuée auprès de tous les étudiants du pôle, en kot ou non". Lancée lundi jusqu’au 13 décembre, cette enquête en ligne d’une durée de cinq à six minutes, pose "une série de questions par rapport à l’offre, l’accessibilité à l’information, la qualité, la mobilité, le type de logement qu’ils occupent, le choix…".

À noter que cette étude est menée en étroite collaboration avec HEC Consulting Group, société de consultance gérée par dix-huit étudiants de l’ULiège, ayant remporté le marché lancé par le pôle en mai dernier. Les résultats sont attendus pour septembre 2018.