Gazette de Liége Visite au centre de recherche Centexbel en prélude au forum Impact du Théâtre de Liège.

Alors que la technologie ne cesse d’investir davantage chaque jour notre quotidien et par là même tous les pans de la société, il est marquant de constater que l’art et la culture ne sont pas étrangers à ce mouvement qui veut que l’utilisation des nouvelles technologies soit une réalité. C’est d’ailleurs précisément dans cette optique, et ce car il apparaît nécessaire pour le secteur théâtral et plus largement pour celui des industries culturelles créatives comme on les appelle désormais d’évoluer, que le Théâtre de Liège s’est lancé il y a plusieurs années dans un nouveau projet d’envergure européenne.

Dénommé Impact, soit également le nom du festival international des nouvelles technologies et des arts numériques qui aura lieu du 3 au 21 novembre prochain, et mené en collaboration avec différents partenaires de l’Euregio Meuse-Rhin, il entend inscrire les arts de la scène dans le domaine des nouvelles technologies.

Un projet à la croisée des secteurs

En outre, il est question au travers du projet Impact, lequel se situe à la croisée des secteurs économique, industriel, culturel et éducationnel et prend appui sur le réseau RegioThéâtre o RegioDanse, de mettre sur pied le premier pôle eurégional et transsectoriel de coopération, de recherche, de production et de diffusion. C’est ainsi que ce dernier rassemble des chercheurs mais aussi des artistes et des entreprises actives dans le domaine des nouvelles technologies au sein de ce projet multidisciplinaire alliant art et science ou création et technologie, lequel a pour objectif de favoriser l’émergence d’une culture de l’innovation dans le secteur de la création artistique.

Création, formation et diffusion

Création, formation et diffusion sont les maîtres mots du projet Impact dont le point d’orgue annuel sera donc constitué par l’organisation prochaine d’un forum international qui fera la part belle tant aux spectacles de théâtre et de danse qu’aux démonstrations et autres conférences. À cet égard, intégré lors de cette édition 2017 au sein de la programmation de "Liège Tendances numériques" (voir "Gazette" du 6 octobre dernier), il aura lieu tant au Théâtre de Liège qu’à l’Université ou dans d’autres villes de l’Euregio.

Au niveau de la programmation, le festival débutera les 3 et 4 novembre par le spectacle "887" dû au Québécois Robert Lepage et qui consiste en une variation sur le thème de la mémoire. Il se poursuivra par diverses créations, toutes plus visuelles les unes que les autres et mettant en valeur les nouvelles technologies, telles que le nouveau spectacle du duo De Mey-Van Dormael intitulé "Cold Blood" ou encore la performance "B-Glove" due au beat boxer français Ezra.

Alors que ce dernier jouera de son gant interactif, la chorégraphe bruxelloise Louise Vanneste testera quant à elle en conditions réelles un "vêtement intelligent", lequel a été développé après plusieurs mois de recherches par Centexbel. Créé en 1950 et basé à Grâce-Hollogne, ce centre de compétences sur le textile, dont les développements étaient jusqu’alors essentiellement d’ordre industriel, investit ici de manière surprenante le secteur culturel. Un travail qui sera à voir les 13 et 14 novembre au travers du spectacle intitulé "Thérians" avant une journée d’échanges sur le sujet qui est quant à elle prévue le 16 novembre.