Gazette de Liége Guy Delhasse guide sur les pas des écrivains. L’un d’eux a rendu la Cité ardente.

Je vous réserve une surprise", avait déclaré le prince Albert à Henry Carton de Wiart, quelques jours avant l’ouverture de l’Exposition universelle de Liège. De fait, dans son discours d’inauguration, le 27 avril 1905, le futur Albert Ier utilisa, pour qualifier le dynamisme industriel local, l’expression de "Cité ardente", titre du livre que l’écrivain, avocat et homme politique avait publié la même année.

Malgré cette promotion au plus haut niveau, il fallut du temps pour que la métaphore soit sur toutes les lèvres et sous toutes les plumes. Ainsi, aucune œuvre littéraire d’avant la Première Guerre mondiale ne contient ces termes, constate Guy Delhasse dans la plaquette qu’il vient de consacrer, à la demande de l’échevinat du Tourisme, à l’histoire du surnom, depuis la publication du roman éponyme jusqu’à nos jours 1.

Inspiré par l’épisode des Six cents Franchimontois, l’ouvrage n’est pas vraiment à ranger dans la grande littérature. "C’est une reconstitution artificielle comme l’époque le voulait, nous dit Guy Delhasse. Un peu comme le Moyen Âge dans les films des années ‘30, où on voit tout de suite que les décors sont artificiels. Il faut prendre ce livre selon son époque qui était toujours romantique".

A noter, contrairement à une idée répandue, que dans la fiction de Carton de Wiart, Liège ne brûle pas et c’est donc au caractère du peuple que le mot "ardente" fait référence. L’erreur d’interprétation proviendrait d’une couverture des éditions Rex, en 1932, montrant la cité livrée aux flammes. Quant au succès que connut finalement l’expression après la Grande Guerre, c’est essentiellement à la presse liégeoise qu’elle le doit.

Il n’y a pas que Simenon

Lui-même auteur dans des registres variés, Guy Delhasse œuvre depuis de nombreuses années, par ses publications comme par ses visites guidées, à faire découvrir Liège, Huy, Verviers, Spa… à travers leurs évocations littéraires et les traces que les écrivains ont laissées. Il prépare sur ce thème une somme qui couvrira l’ensemble de la région wallonne. "Ce n’est pas une forme de tourisme qui attire grand monde, admet-il. Il y a un public à qui rien que le mot "littérature" fait peur ! Mais c’est un angle sous lequel on peut découvrir une ville". Et si, forcément, Simenon est ici volontiers sollicité, il n’y a pas que lui : "Au contraire, j’essaye plutôt de l’éviter. Il y a suffisamment de spécialistes. Par contre, j’emmène volontiers avec moi des écrivains contemporains, comme Michel Hody qui a écrit cinq polars médiévaux et qui explique comment certains endroits l’ont inspiré". Précisons que ces balades culturelles se font aussi à vélo. L’érudition et la forme physique peuvent aller de pair !

1 "Quand, comment Liège est devenue "Cité ardente" ?", 16 pp., échevinat du Tourisme, Féronstrée 94, sortie le 15 juin.

Guy Delhasse présentera le tourisme littéraire ce15 juin à 18h à l’échevinat du Tourisme avec les écrivains Paul De Ré et Anne-Marie Basic. Rés. 04.221.93.67.