Gazette de Liége La Ville vient de se lancer dans le développement d’un système de "carsharing".

C’est décidément un sujet qui est dans l’air du temps : en effet, à l’heure où Liège entend réactualiser son Projet de Ville 2012-2022 afin de répondre notamment aux défis énergétiques et environnementaux, et où les initiatives ne manquent pas en la matière, le collège communal a planché sur le développement d’un système de voitures partagées électriques. 

Soit un concept en vogue qui est déjà une réalité dans des villes comme Paris, Bruxelles ou encore Gand pour ne citer que celles-ci, lequel fait en outre partie ainsi que rappelé par le Premier échevin liégeois en charge de la Mobilité Michel Firket (CDH) des actions prioritaires du Projet de Ville. "Ce système s’inscrit dans les projets de type "Smart City" que la Ville souhaite développer", souligne-t-il ainsi, précisant que des contacts préliminaires ont été pris avec différents acteurs du milieu tels que Zen Car, Car2Go, Zip Car…

Une concession d’une durée de sept ans

Lors du dernier Conseil communal, les élus liégeois ont adopté à l’unanimité le cahier spécial des charges relatif au futur marché de concession qui devrait quant à lui bientôt être lancé. "L’idée est notamment de mettre en concurrence la société Cambio avec d’autres opérateurs actifs dans les véhicules partagés électriques", précise-t-on encore au cabinet de l’échevin Firket. 

Parmi les grandes orientations définies par la Ville, figure celle d’une concession d’une durée de sept ans, laquelle apparaît nécessaire pour amortir l’investissement et faire adhérer la population liégeoise. En outre, ce système de "carsharing" innovant est prévu seulement sur l’espace public de la Ville et ne concerne donc pas les autres communes ni des lieux tels que l’aéroport ou les zonings périphériques. Quant au nombre minimum de voitures, il est fixé par le cahier spécial des charges à dix et celles-ci doivent être réparties dans cinq à dix stations différentes, l’opérateur étant libre d’en proposer davantage et l’utilisateur n’étant pas contraint de remettre le véhicule dans la station de départ.

Au niveau financier, le concessionnaire retenu devra s’acquitter d’une redevance équivalente au prix de la vignette annuelle de stationnement. Il déterminera également dans son offre un plan d’implantation par quartier, l’objectif de la Ville étant que l’ensemble des quartiers liégeois soient couverts. 

Les frais liés au projet comme les raccordements et la signalisation seront à la charge de ce dernier et la publicité sera quant à elle interdite sur les stations mais pas sur les voitures. De son côté, la Ville incitera l’utilisateur via une carte de stationnement communale et n’imposera pas de condition technique sur les voitures.