Gazette de Liége Les riverains campent sur leurs positions malgré un projet relifté.

Ce dossier va clairement pourrir la campagne du PS mais surtout celle du CDH pour les communales. La revitalisation du site de la piscine de Mangombroux, c’est du pain béni pour l’opposition MR.

Les démarches du CDH en novembre 2017 envers le comité de riverains afin de les rassurer après la première enquête publique avaient suscité une réaction musclée du partenaire socialiste.

"Cette manière de faire est déloyale alors que le PS n’a jamais été demandeur d’une tour à Mangombroux mais appréhendait positivement la création d’un marqueur architectural qui ne pouvait cependant qu’être consenti par les habitants du quartier", avait d’ailleurs souligné Alexandre Loffet, président de l’USC dans un communiqué.

Bref, entre les deux partis de la majorité, on marche sur des œufs d’autant que le CDH était à la manœuvre (avec le MR) lorsque les contours du futur projet avaient été définis. On était alors en mai 2015. Depuis, la majorité a basculé… Voilà pour le contexte politique.

Les riverains opposés à cette tour

Mais les riverains ne semblent pas prêts à lâcher quoi que ce soit dans ce dossier. Ils ne sont pas contre le projet mais ne veulent pas de cette tour comme ils l’ont encore fait savoir au promoteur pas plus tard que mardi soir en séance publique.

Un promoteur qui avait écouté les riverains et qui a mis 90 % d’eau dans son vin. "On veut une signature architecturale et cette tour est cette signature. On aimerait que les riverains fassent les 10 % du chemin restant. On ne va pas tout changer alors que l’on réfléchit à ce projet depuis octobre 2015. Ce n’est pas 30 à 40 riverains directement concernés par le projet qui vont tenir le crayon d’un architecte dans une procédure qui est légale", assure Mathieu Mannesberg, promoteur du projet.

"On a désormais 80 % du projet en rez + 2 ou +3 (pour 55 % dans la première mouture) et 20 % en rez +5 au lieu du rez +7 tant décrié…", poursuit-il.

L’enquête publique s’achève le 8 mars… Après, le collège se positionnera.