Gazette de Liége Chronique

Le 8 septembre prochain, Liège dira adieu aux Filles de la Croix, dont la congrégation créée à Liège en 1833 sera transplantée en Angleterre. Le couvent de la rue Hors-Château, devenu beaucoup trop grand pour les quelques religieuses qui y habitent encore, a été vendu à Helmo (Haute Ecole libre mosane).

En 1820, deux Liégeoises, Fernande (40 ans) et Jeanne (38 ans) Haze, dont les parents sont morts, décident de vivre une vie religieuse à leur domicile. Pour subvenir à leurs besoins, elles ouvrent, en 1824, une école payante. Puis, à la demande du curé de Saint-Barthélemy, Jean Habets, elles acceptent la responsabilité d’une école gratuite. Quelques compagnes se joignent à elles, elles prennent un habit religieux et l’abbé Habets leur écrit une règle de vie. Elles prononcent leurs vœux perpétuels dans la chapelle du Carmel du Potay, le 8 septembre 1833, il y aura donc exactement 179 ans, le jour de leur adieu officiel à Liège, le 8 septembre prochain.

Jeanne Haze prend le nom de mère Marie-Thérèse. En 1845, elles sont déjà 84 sœurs. Elles dirigent quatre écoles pour un millier de jeunes filles. Elles s’occupent également de la prison des femmes, d’une maison du refuge pour la réhabilitation de prostituées et d’un home qui peut accueillir jusqu’à 125 mendiants. A partir de là, les Filles de la Croix vont se répandre dans le monde entier.

En 1861, elles s’installent rue Hors-Château dans l’ancien couvent des capucines. A la Révolution, le couvent a été vendu comme bien public. Un banquier liégeois, Michel Frésart, l’a racheté et légué à sa fille devenue Fille de la Croix. Agrandi, modernisé, le couvent est devenu la Maison mère, avec noviciat, pensionnat et école normale. Mère Marie-Thérèse (Jeanne Haze) restera supérieure générale jusqu’à sa mort en 1876. Elle avait 94 ans. Elle sera béatifiée en 1991 par le pape Jean-Paul II. Son corps repose dans la chapelle du couvent de la rue Hors-Château (photo).

Plus près de nous Eva Calay (Mère Odile Léonie, 1908-1992), qui a été la coordinatrice et la supérieure de la clinique Notre-Dame des Bruyères, a été déclarée en 2010, avec une de ses consœurs, "Juste parmi les Nations", pour avoir protégé et caché des enfants juifs dans l’école et le pensionnat de Befve (Thimister) (voir le site www.calay.be/eva.php).